Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Brest : Bibus inaugure ses premiers bus 100% électriques

-
Par , France Bleu Breizh Izel

Le réseau de transports en commun de Brest Métropole a reçu ses deux premiers bus zéro émission, livrés courant mars par le constructeur français Heuliez. Après plusieurs semaines de tests, l'un sera mis en service ce mardi sur la ligne 3. Le début d'une transition énergétique qui va durer 15 ans.

Ces deux bus électriques du constructeur Heuliez ont été fabriqués en France, à Mauléon (Deux-Sèvres).
Ces deux bus électriques du constructeur Heuliez ont été fabriqués en France, à Mauléon (Deux-Sèvres). © Radio France - Nicolas Olivier

Brest Métropole et Bibus (RATP Dev) ont annoncé ce lundi la mise en service imminente des deux premiers bus 100% électriques du réseau. Après une phase de test pour former les conducteurs, l'un circulera dès mardi sur la ligne 3 qui relie Océanopolis et le port de plaisance à Lambézellec. Une petite révolution.

C'est le début d'une nouvelle phase

ECOUTEZ Paul Gardey de Soos, directeur général de Bibus

Plus de confort pour les voyageurs

A bord, l'expérience des voyageurs sera sensiblement différente avec une ambiance sonore plus feutrée. Les nuisances seront aussi bien moindres pour les riverains. Modernes et plus lumineuses, ces rames offriront un confort amélioré par la présence de 18 prises USB, et par le système innovant Holostop qui permettra dès le mois de juin de demander un arrêt sans aucun contact, grâce à un bouton virtuel. Pratique en temps d'épidémie de Covid-19.

Deux technologies à l'essai

Construits en France par Heuliez, ces nouveaux bus de 12 mètres sont dotés de deux technologies de charge différentes : le premier doit être branché la nuit pendant 5 à 6 heures pour avoir 250 km d'autonomie, le second se recharge en 5 minutes seulement à chaque passage au terminus. En plus de la borne de 50 kWh installée au dépôt des bus, Bibus a donc implanté aux arrêts Océanopolis et AFPA deux portiques équipés d'un pantographe relié à une borne de chargement de 450 kWh.

Des stations de recharge rapide ont été installés aux terminus de la ligne 3.
Des stations de recharge rapide ont été installés aux terminus de la ligne 3. © Radio France - Nicolas Olivier

Plus aucun bus diesel en 2035 ?

Brest Métropole a investi 4,6 millions d'euros pour 7 bus propres attendus cette année. Leur prix d'achat est évidemment plus cher (650.000 euros le bus Heuliez de 12 mètres, 850.000 pour un articulé de 18 mètres) mais "le coût d'exploitation et de maintenance est plus intéressant, donc sur 15 ans on est à peu près sur un même coût global de l'électrique par rapport au thermique" explique Paul Gardey de Soos, le directeur général de Bibus. Qui précise que leur durée de vie est d'une quinzaine d'années, mais seulement 7 à 8 ans pour les batteries.

Désormais, le réseau brestois va peu à peu passer au vert. Mais à raison de 7 bus en moyenne chaque année, la transformation de l'intégralité de la flotte (104 bus) va prendre du temps. Alors qu'à Paris (4.700 bus), la RATP s'est engagée à se débarrasser du diesel d'ici 2025, il faudra attendre une décennie de plus dans la deuxième ville bretonne. "On n'a pas le même budget, donc c'est incomparable. On n'est pas en retard, on est même plutôt pas mal, estime Yohann Nédélec, le vice-président de Brest Métropole chargé des mobilités. 7 ou 8 bus par an c'est un chiffre volontariste, et on va prendre de l'accélération puisque nous faisons le choix politique non pas de remplacer un bus sur deux en bus vert comme l'oblige la loi, mais deux sur deux."

ECOUTEZ Yohann Nédélec, vice-président de Brest Métropole en charge des mobilités

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess