Transports

A Brest, on s'envole en téléphérique

Par Valérie Le Nigen, France Bleu Breizh Izel mardi 20 septembre 2016 à 19:00

le hublot dans le sol de la cabine du téléphérique
le hublot dans le sol de la cabine du téléphérique © Radio France - Valérie Le Nigen

Nous étions dans les premiers passagers à tester le téléphérique de Brest. Dans la cabine, le silence est ouaté. La lumière rentre à flot. La vue par le hublot ouvert dans le sol est vertigineuse. L'ouverture au public est prévu dans quelques semaines.

Les portes se ferment sur les premiers passagers plateau des capucins. Et nous nous envolons sans a-coup. Tout en souplesse. Par un grand hublot au sol, vous apercevez en contrebas une vue vertigineuse : un bâtiment de la marine, un parking, puis l'eau scintillante de la Penfeld. Il faut vite lever les yeux pour un 360 ° sur les ateliers des Capucins, le Château, la rade.  Au milieu de la traversée, à l'arrivée sur le pylône central, vous apercevez l'autre cabine qui fonce sur vous. Elle passe juste en dessous. La vision est furtive, par le hublot au sol. La traversée dure 2' 45'' top chrono. C'est déjà fini.  L’atterrissage est aussi doux que le départ.

Tous en combinaison de ski  

A Brest, une idée circule comme une trainée de poudre : venir tous avec des équipements de ski pour la mise en service ou l'inauguration. Une page facebook " tout shuss aux capucins " a été créé pour cela. Mais il faudra patienter. Les ascenseurs ne sont pas en service coté Capucins. Le système qui permet aux vitres d'être occultantes, n'est pas encore opérationnel. Le constructeur doit aussi terminer les essais. Puis  les services d'Etat ( le service des remontées mécaniques et transports guidés) doit effectuer des vérifications. Ensuite, Bibus l'exploitant, va travailler à blanc. D'ici là, il aura peut- être neigé sur Brest. Non, plus sérieusement, la mise en service est prévue fin octobre, début novembre.