Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

La relance éco : "L'année 2020 sera catastrophique quoiqu'il arrive" pour Brittany Ferries

Le directeur général de la Brittany Ferries s'est rendu à Ouistreham pour la reprise du trafic passager. Christophe Mathieu ne cache pas que la saison estivale est d'ors et déjà compromise mais qu'il était important de reprendre les rotations passagers interrompues depuis le 19 mars dernier.

Christophe Mathieu, le Directeur général de Brittany Ferries devant le Ferry Mont Saint Michel à Ouistreham
Christophe Mathieu, le Directeur général de Brittany Ferries devant le Ferry Mont Saint Michel à Ouistreham © Radio France - Olivier Duc

Le Mont Saint Michel est le premier Ferry à avoir repris la mer ce lundi 29 juin avec des passagers. Depuis le 19 mars, il ne transportait plus que du fret. C'est avant tout une reprise symbolique?

C'est symbolique mais en même temps c'est très fort. c'est la première fois de notre histoire - comme tous les transporteurs internationaux -

qu'on est obligé d'arrêter notre activité. Après quatre mois, c'est très important pour nous de redémarrer et on a l'impression de revivre.

Pour nous, l'été est quand même la période faste de l'année. Je suis content de venir voir les équipages et de partager ce moment-là avec eux.

Quels sont les objectifs économiques?

Aujourd'hui, la situation économique est extrêmement dégradée. Après quatre mois d'inactivité passager et un été 2020 qui de toute façon sera mauvais. On ne rattrapera pas toutes les réservations perdues. On fera au mieux 40% de nos volumes habituels sur juillet-août. 

Donc la situation économique est aujourd'hui extrêmement dégradée. Ça c'est fait. A nous de redémarrer. Et plus vite on redémarre, plus vite on s'adapte à ce nouveau monde. 

Comme on pense qu'on a des arguments commerciaux, on a hâte quelque part de pouvoir le démontrer et qu'on est capable de mettre en oeuvre la distanciation à bord pour donner aux gens envie de voyager avec nous dans le monde post-covid. On avait juste hâte de redémarrer.

Navire de la Brittany Ferries (Mont Saint Michel) à Ouistreham
Navire de la Brittany Ferries (Mont Saint Michel) à Ouistreham © Radio France - Olivier Duc

Même si ce premier navire transporte moins de cent passagers alors qu'il pourrait en temps normal en transporter 1500?

J'espère qu'on n'aura pas seulement 96 passagers tous les jours (Finalement 72). L'important c'est de redémarrer déjà parce qu'être inactif, statique et spectateur du déclin, ce n'est pas dans nos gênes et nos habitudes.

Effectivement le bateau prend normalement 1500 passagers. Ceci dit, pendant un temps certain on va limiter à 550 le nombre de passagers pour justement à la fois protéger nos équipages et nos clients pour les rassurer et leur donner envie de venir.

On espère progressivement revenir à des niveaux d'affluence comme on a connu dans le passé et on vise beaucoup pour la saison 2021 mais il était important de redémarrer.

Le nombre de passagers à bord et le nombre de réservation dépend de la durée de la quatorzaine pour les voyageurs entre la France et l'Angleterre?

Oui. Alors, la quatorzaine n'empêche pas les gens de voyager. C'est une contrainte. C'est à dire que vous devez déclarer où vous allez pendant quatorze jours. Donc on a quand même pris le pari entre guillemet que de toute façon juillet et août sont les mois où il y a le plus de demandes. Et que même s'il y avait une quatorzaine étendue, des gens voudraient quand même voyager. On le sait et ils nous l'ont dit. 

On peut aussi imaginer que pour certains pays dont la France et l'Espagne il n'y ait peut-être pas la quatorzaine étendue. Donc c'est un pari puisque de toute façon on ne peut pas démarrer du jour au lendemain. 

Il faut décider une dizaine de jours avant de redémarrer un navire. Il y a des contrôles et des inspections à faire. On ne démarre pas un Ferry comme on démarre sa voiture.

On a quand même bien réfléchi à tout ça et l'on pense que si la quatorzaine est étendue elle ne le sera pas longtemps et qu'à priori il n'y aura pas  de quatorzaine pour les vacances scolaires britanniques de fin juillet à septembre.

Quelles conséquences en terme d'emploi vont avoir ces difficultés économiques?

On va tout faire pour préserver l'emploi. C'est notre priorité. Ceci dit vous imaginez bien que la perte de 250 millions d'euros de chiffre d'affaire va laisser un trou  au delà de la centaine de millions d'euros de perte.

L'impact va être aussi sur l'emploi saisonnier. On ne va pas pouvoir prendre à bord ou en escale les saisonniers que l'on prend d'habitude. Ce sont plusieurs centaines de CDD avec des durées plus ou moins longues qui ne seront pas exécutés cet été malheureusement à cause de cette situation. 

On ne va pas réarmer tous les bateaux puisque trois d'entre eux vont rester à quai pour minimiser les pertes d'une année 2020 qui sera catastrophique quoiqu'il arrive. C'est évident que l'emploi saisonnier va être affecté.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu