Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Bus 100% électrique : quatre heures de retard au lancement de la ligne Paris-Amiens

vendredi 13 avril 2018 à 0:27 - Mis à jour le vendredi 13 avril 2018 à 8:25 Par Clémence Gourdon Negrini, France Bleu Paris, France Bleu Picardie et France Bleu

Lancement difficile pour Flixbus : le premier trajet Paris-Amiens est arrivé avec quatre heures de retard. Un couac que les compagnies expliquent par l'accumulation embouteillages franciliens, charge du véhicule à assurer et petits imprévus.

Présentation du véhicule 100% électrique Flixbus sur le parvis de la mairie d'Amiens
Présentation du véhicule 100% électrique Flixbus sur le parvis de la mairie d'Amiens © Radio France - François Sauvestre

Tout avait pourtant bien démarré à l'aller : départ d'Amiens à 8h30, arrivée à Paris la Défense à 11h. C'est au retour que les choses se sont compliquées avec quatre heures de retard à l'arrivée à Amiens. Entre embouteillages franciliens, charge du véhicule à assurer et petits imprévus, la première mondiale s'est transformée en trajet sans fin selon les explications du transporteur.

Selon l'entreprise B.E. green, qui développe ces véhicules 100% électrique, ce retard serait dû à une accumulation d'imprévus. Arrivé avec une heure de retard au point de charge électrique à cause d'un "reportage qui a duré plus longtemps que prévu", le bus serait donc parti de Paris avec une heure de retard et aurait ensuite à nouveau pris du retard dans les embouteillages de la région parisienne.

Mais il semblerait que le couac soit surtout dû à une mauvaise charge dès le premier trajet Amiens-Paris. Au lieu de démarrer à 100% de capacité le bus serait parti avec seulement 70% de batterie, ce qui faisait automatiquement perdre du temps. 

La difficulté pourrait se présenter à nouveau puisqu'il n'existe pas encore de bornes de recharges aux points de départ et d'arrivée de la ligne. Pour faire le plein sur ses batteries le chauffeur est donc obligé de parcourir une trentaine de kilomètres supplémentaire avant chaque nouveau trajet. Il doit ensuite attendre quatre heures s'il veut que les batteries du bus atteignent 100% de charge. Avec de courts délais entre chaque aller/retour du bus, le moindre embouteillage risque d'amener à de nouveaux retards.