Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Bus Némo : une semaine après le lancement, Kéolis sur le pont pour améliorer la situation

-
Par , France Bleu Picardie

Une semaine après le lancement difficile des bus Némo 100% électriques à Amiens, la situation s'améliore de jour en jour selon Kéolis, même si la fréquence d'un bus toutes les huit à dix minutes n'est pas encore atteint.

Les premiers jours de circulation des bus Némo à Amiens ont été marqués par de gros retard et des difficultés techniques.
Les premiers jours de circulation des bus Némo à Amiens ont été marqués par de gros retard et des difficultés techniques. © Radio France - Noémie Philippot

Amiens, France

Cela fait une semaine que les bus Némo 100% électriques circulent à Amiens. Le lancement a été difficile avec de gros retards de près d'une heure sur plusieurs lignes. Les problèmes techniques n'ont rien arrangé, notamment avec certaines potences de recharge des bus aux terminus qui ne fonctionnaient pas. Une semaine après, la situation s'améliore de jour en jour assure Kéolis. 

"Ce n'est pas encore parfait, mais on a entamé des démarches pour être dans une amélioration continue" explique le directeur général de la société, Eric Patoux. Sur les 350 conducteurs, 18 sont conducteurs formateurs. Ils ont été "redéployés sur chaque potence de charge pour réexpliquer aux conducteurs certains process, les rassurer, les accompagner dans leurs manipulations, et aussi aider les gens du poste de contrôle à faire la régulation des véhicules, pour ne pas qu'il y ait des trains de véhicules." 

La fréquence d'un bus toutes les 8 à 10 minutes pas encore atteinte

En parallèle de ces actions sur le terrain, Kéolis travaille tous les jours avec Irizar, le constructeur espagnol des bus, sur la liste des incidents "pour les éliminer et rendre une meilleure disponibilité de véhicule pour envoyer plus de véhicule sur le réseau." Actuellement, sept bus en moyenne restent au dépôt le matin, à cause de soucis techniques.

Les gros retards de plus de 50 minutes sont donc de plus en plus rares. En cas d'incident, "on peut avoir une fréquence de 25 à 30 minutes" assume Eric Patoux. L'objectif d'un passage toutes les huit à dix minutes n'est donc pas encore atteint, mais lorsque tout va bien, les bus Némo s'enchaînent à une fréquence d'environ treize minutes aux différents arrêts du réseau.

Les conducteurs de bus retrouvent le sourire

Une amélioration attendues par les usagers et bénéfique pour les employés de Kéolis : "Lundi et mardi, ça a été très dur pour eux. Ils se sont fait copieusement engueuler par la clientèle parce qu'ils sont en première ligne. Clairement, leur moral était dans les chaussettes" confie Eric Patoux. "Depuis, on a renforcé l'accompagnement, je trouve que le moral va beaucoup, le personnel retrouve le sourire."

Pour rappel, les bus sont gratuits jusqu'au 16 juin prochain. Ensuite, cette gratuité se poursuivra uniquement les samedis.