Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

"C'est irresponsable" : la Ligue contre la violence routière tacle le retour des 90 km/h en Sarthe

Par

Le Conseil départemental de la Sarthe veut rétablir les 90 km/h sur près d'un quart des routes départementales début juillet. Une décision qui inquiète la Ligue contre la violence routière. Partick Rogeon, le président de l'association en Sarthe, envisage un recours en justice.

Plus de 1.000 km de routes départementales doivent repasser à 90 km/h début juillet, selon le Conseil départemental. (image d'illustration) Plus de 1.000 km de routes départementales doivent repasser à 90 km/h début juillet, selon le Conseil départemental. (image d'illustration)
Plus de 1.000 km de routes départementales doivent repasser à 90 km/h début juillet, selon le Conseil départemental. (image d'illustration) © Radio France - Thierry Colin

Le retour des 90 km/h sur près de 1.000 km sur les 4.275 km de routes départementales que comptent la Sarthe. Cela se fera "dans la première quinzaine du mois de juillet" , a affirmé le président du Conseil départemental, Dominique Le Mener, à France Bleu Maine.

Publicité
Logo France Bleu

La Ligue contre la violence routière ne pourra pas donner son avis

Avant cela, la commission préfectorale et départementale de la sécurité routière doit se réunir le jeudi 2 juillet. Une réunion qui donnera un avis consultatif sur le retour de la limitation à 90 km/h sur des départementales. La Ligue contre la violence routière avait demandé à y participer dans un courrier à la préfecture resté sans réponse. Elle déplore ne pas être invitée à cette consultation alors que l'Automobile Club de l'Ouest, y est conviée. Une association qui milite activement contre la limitation à 80 km/h. 

L'avis rendu par cette commission semble importer peu au Conseil départemental. "Notre décision est prise", a annoncé son président, Dominique Le Mener. "C'est irresponsable", rétorque le président de la Ligue contre la violences routière de la Sarthe, Patrick Rogeon. "Ce sont les routes où il y a le plus de morts, les plus dangereuses, où il y a 50% des morts [de la route] en Sarthe", explique-t-il. Depuis le début du déconfinement, quatre personnes ont perdu la vie sur les départementales sarthoises. Patrcik Rogeon attribue ces accidents à la vitesse puisqu'au moins deux d'entre eux sont dus à des pertes de contrôle du véhicule.

De possibles recours juridiques

La Ligue contre la violence routière ne décourage pas. Son président envisage de déposer une requête en référé auprès du tribunal administratif en s'appuyant sur deux moyens (arguments juridiques). D'une part, en prouvant que la hausse de la limitation de vitesse sur certains axes "met en danger la vie d'autrui". D'autre part, Patrick Rogeon évoque l'"exception de légalité", c'est-à-dire prouver qu'une décision va à l'encontre des principes constitutionnels. "Dans la constitution, il y a trois principes dont la fraternité. Mettre en danger la vie d'autrui n'est pas un principe fraternel, donc c'est contraire à la Constitution", détaille le président de l'association.

L'association proposera également une assistance juridique pour les victimes d'accident de la route, liés au retour des 90 km/h, et leur famille. Le but sera de "mettre en cause directement les décideurs", c'est-à-dire le Conseil départemental.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu