Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Campagne d'électricité "verte" sur les tramways grenoblois

lundi 30 novembre 2015 à 17:57 Par Laurent Gallien, France Bleu Isère

Depuis ce lundi des tramways grenoblois portent fièrement des affiches qui affirment que 100% de l'électricité qui leur permet de nous transporter est "verte". Au-delà de l'opération de communication c'est l'occasion de parler de l'avenir des transports en commun.

© Radio France - Laurent Gallien

"Nos trams roulent grâce à l'Eau" ou encore "nos trams roulent grâce au vent", c'est ce qui peut se lire sur les vitres des tramways de l'agglomération grenobloise. Des affirmations qui n'ont rien de très compliquées quand on sait que pour ça il suffit finalement de signer un contrat "énergie verte" avec son fournisseur d'électricité. Il signifie simplement ici que le fournisseur historique  grenoblois, GEG, s'est engagé à injecter dans les réseaux autant d'électricité d'origine éolienne, solaire et hydraulique que la Semitag en dépense pour faire tourner son service.

Une opération placée sous l'égide de la COP 21 mais qui est "un pas supplémentaire" selon le président écologiste du SMTC (Syndicat Mixte des transports en commun) Yann Mongaburu , qui permet  "non seulement de réduire l'énergie fossile mais aussi fissile, puisque désormais on se passe de l'énergie nucléaire sur le réseau".

"Le réseau rêvé est un réseau tout électrique"

Soit. Mais si on veut vraiment parler de réduction des gaz à effet (objectif majeur de la COP21), c'est finalement plutôt des 300 bus de l'agglomération dont il faut s'occuper. "Nous n'achetons plus de bus Diesel depuis 2014" explique Yann Mongaburu, mais pour l'instant hors diesel il n'y a que 4 bus hybrides en service et 69 bus au Gaz Naturel. En attendant les bus 100% électrique ! Car c'est bien le souhait des responsables des transports grenoblois. "le réseau rêvé est un réseau tout électrique" souligne  Jean-Paul Trovero, le président (PCF) de la Semitag (Société d'économie mixtes des transports en commune de l'agglomération grenobloise) "mais avec les mêmes conditions d'accessibilité, de maniabilité, et avec des coûts maitrisés". Les industriels n'en sont pas tout à fait là. "La première ligne de production de bus électrique en France a ouvert ces derniers jours en Alsace" explique Yann Mongaburu, et les performances de ces matériels commencent tout juste à convenir au réseau grenoblois, soit au moins 250km d'autonomie.

"Le trolley-bus? Pourquoi pas!"

Un des moyens les plus rapide d'augmenter le présence de l'électrique dans les transports en commun serait finalement de rappeler en service les trolley-bus qui ont disparu depuis 1999 à Grenoble mais dont il reste encore quelques câbles accrochés dans les rues. "Le trolley c'est clairement une des options étudiée par le SMTC et la Semitag" explique Yann Mongaburu. "Il y a parfois des retours en arrière qui sont innovants" dit Jean-Paul Trovéro. Sauf qu'il n'y a apparemment plus qu'un fabriquant de trolley au monde (en Suisse) et que ce type de réseau, une fois installé manque cruellement de souplesse et de capacité d'adaptation.

Yann Mongaburu (Pdt SMTC) et Jean-Paul Trovéro (Pdt Semitag) - Radio France
Yann Mongaburu (Pdt SMTC) et Jean-Paul Trovéro (Pdt Semitag) © Radio France - Laurent Gallien

"Verte" ou pas, l'électricité va progresser dans les transports en commun