Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Loi Travail : stations à sec et restrictions de carburants suite aux blocages, mais "pas de risque de pénurie"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Plusieurs préfectures ont décidé vendredi de limiter la distribution de carburant aux automobilistes, et certaines stations sont à sec. Une conséquence des blocages de dépôts et raffineries par des routiers opposés à la loi Travail. Le gouvernement assure qu'il n'y a pas de risque de pénurie.

Aucune pénurie n'est à craindre selon les autorités - illustration
Aucune pénurie n'est à craindre selon les autorités - illustration - MaxPPP

Le blocage, dans le grand ouest, de plusieurs raffineries et dépôts de carburants par des salariés opposés à la loi El Khomri, provoquait vendredi des difficultés d'approvisionnement en carburant. Des stations-service se retrouvant à sec ont fermé jusqu'à nouvel ordre, et dans certains départements la distribution est désormais limitée. Mais selon les autorités, une pénurie à grande échelle n'est pas à craindre.

À LIRE AUSSI - Les restrictions d'essence commencent en Bretagne

Ruptures de stock et restriction dans plusieurs départements

Dans le Finistère et les Côtes d'Armor, il est actuellement interdit de prendre plus de 20 litres lorsque l'on passe à la pompe et il y a plus d'une heure d'attente ce vendredi dans certaines stations. Les dépôts pétroliers de la zone étaient cependant en cours de déblocage par les forces de l'ordre, en milieu d'après-midi.

Selon la préfecture du Calvados, dès jeudi en fin de journée, au moins 13 stations du département sur 150 étaient en rupture totale. Mais le département "ne connaît pas de pénurie de carburant" selon la préfecture. A titre de précaution, le préfet a néanmoins décidé d'interdire la vente de carburant en jerricans, comme en Bretagne.

En Seine-Maritime la préfecture estimait à environ un tiers le nombre de stations en rupture de carburant, surtout du gasoil, jeudi soir, sur la petite centaine que compte le département. La Picardie est également touchée par des fermetures de stations, ainsi que la Mayenne, l'Eure et la Sarthe.

Des sites toujours bloqués

Dans la région du Havre, les accès menant à la plate-forme Total de Gonfreville-l'Orcher restaient bloqués par des syndicalistes vendredi matin. L'autre grande raffinerie du secteur, celle d'Exxon Mobil à Notre-Dame-de-Gravenchon, est également bloquée depuis jeudi. Près de Rouen, c'est un dépôt de carburant qui est bloqué depuis mardi matin par les militants syndicaux.

En Loire-Atlantique, la raffinerie Total de Donge était toujours affectée vendredi matin par un mouvement de blocage empêchant les approvisionnements mais pas le fonctionnement de la centrale.

Les stocks de secours pas encore utilisés

Le secrétaire d'État chargé des Transports, Alain Vidalies, a répété vendredi sur France Info qu'il n'y avait "pas de risque de pénurie à court terme".

Nous n'avons pas utilisé pour l'instant les stocks stratégiques, donc il n'y a pas pas de risque de pénurie à court terme - Alain Vidalies

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu