Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

CARTE - Ariège : cinq nouveaux radars tourelle installés d'ici le 20 juin

-
Par , France Bleu Occitanie

La préfecture de l'Ariège annonce ce lundi 8 juin le déploiement de cinq radars tourelles sur les routes du département. Il permet de contrôler plusieurs véhicules en même temps et détecte l'absence de ceinture ainsi que l'usage du téléphone au volant.

Un radar tourelle (illustration).
Un radar tourelle (illustration). © Radio France - Nicolas Blanzat

Il s'agit de la nouvelle "arme" déployée sur le territoire pour la sécurité routière : des radars tourelle sont en cours d'installation sur plusieurs routes de l'Ariège, annonce la préfecture ce lundi 8 juin. Trois vont remplacer des radars fixes, à Saint-Paul-de-Jarrat (RN 20), Montjoie-en-Couserans (RD 117) et Le Vernet d'Ariège (RD 820), les deux autres sont des nouveaux venus sur le bord des routes, à Crampagna (RD 919) et Mirepoix (RD 119). La préfecture indique que les deux derniers cités seront installés dans le courant de la semaine prochaine. 

Les radars tourelles permettent de flasher les excès de vitesse dans les deux sens, de différencier les poids lourds et les véhicules légers, de détecter le téléphone au volant et l'absence éventuelle de ceinture. Ils n'émettent pas de flash, car ces 'Mesta-Fusion' (le nom de l'appareil) sont en règle générale des leurre : un sur cinq seulement est censé disposer d'un flash, celui-ci étant déplacé entre plusieurs appareils. Cette astuce a été imaginée afin d'éviter les dégradations, tout comme le fait qu'ils soient perchés sur un pied à 2 mètres 60 du sol. Cela n'empêche pas les actes de vandalisme, comme dans le Tarn au mois de janvier. 

À ce titre, la préfecture rappelle que "les cabines de radars automatiques fixes sont considérés comme des biens publics". Leur dégradation peut entraîner jusqu'à cinq ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende (pour destruction), 15 000 euros d'amende et une peine d'intérêt général (TIG) pour les tags.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess