Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Centre-Essonne: 80.000 voyageurs privés de bus

lundi 20 novembre 2017 à 8:33 Par Martine Bréson, France Bleu Paris

Aucun bus ne circule dans le Centre-Essonne ce lundi matin sur le réseau TICE qui dessert vingt communes dont Evry. Le comité hygiène et sécurité a exigé un contrôle de sécurité des véhicules. Au cours du mois de novembre deux bus ont perdu une roue en plein trajet selon les syndicats.

Pas de bus TICE ce lundi matin dans le Centre-Essonne.
Pas de bus TICE ce lundi matin dans le Centre-Essonne. © Radio France - Edouard Marguier

Essonne, France

Les habitants du Centre-Essonne qui avaient l'habitude de prendre le bus vont devoir trouver une autre solution de transport ce lundi. Le trafic est totalement interrompu sur le réseau TICE (Transports Intercommunaux Centre Essonne) qui dessert vingt communes dont Evry. Près de 80.000 personnes sont concernées.

Les syndicats s'inquiètent de la vétusté du parc

Durant le mois de novembre 2017, deux bus ont perdu une roue en plein trajet, affirment les syndicats. Le premier incident a eu lieu le 6 novembre 2017 à Evry, le deuxième s'est produit à Grigny le 15 novembre 2017. Les syndicats ont saisi le CHSCT (comité hygiène et sécurité) qui est intervenu. Il a exigé un contrôle de sécurité des 137 véhicules. Les bus sont immobilisés ce lundi matin au dépôt de Bondoufle.

La direction affirme que les contrôles ont déjà été faits

Lundi matin, le directeur du réseau TICE, Patrick Munch, a affirmé sur France Bleu Paris qu'il n'y avait pas une inspection mais que le dépôt était bloqué. Il reconnait que le CHSCT peut demander une inspection mais il précise que "cela doit se faire légalement, sans contraintes, sans perturbations". Il affirme "qu'un seul bus a perdu une roue la semaine dernière et que dès le lendemain, un prestataire privé qui s'occupe du montage et du démontage des pneus a été mandaté, qu'il a travaillé jeudi, vendredi et ce week-end". Il reconnait que "le CHSCT n'a pas été tenu au courant, cela fait partie du pouvoir de la direction".

Les syndicats demandent des contrôles

Les syndicats veulent que tous les serrages des roues des bus soient vérifiés. Ils ne croient pas la direction qui affirme avoir déjà fait ces contrôles. De sont côté la direction ne voulait pas ce lundi matin mobiliser des mécaniciens pour les contrôles demandés par le CHSCT car ces vérifications ont déjà été faites, dit-elle.