Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Centre-Essonne : reprise du service mardi pour les bus du réseau TICE

lundi 20 novembre 2017 à 16:13 Par Martine Bréson, France Bleu Paris

La reprise du service des bus du réseau TICE dans le Centre-Essonne aura lieu mardi matin. Les bus ont été immobilisés toute la journée de lundi. Les syndicats réclamaient un contrôle des roues des véhicules. Un accord a été trouvé avec la direction.

Reprise du service mardi matin.
Reprise du service mardi matin. © Radio France - Edouard Marguier

Bondoufle, France

Les voyageurs du Centre-Essonne vont pouvoir reprendre le bus mardi matin. Un accord entre les syndicats et la direction du réseau a été trouvé dans la journée de lundi, indique à France Bleu Paris le délégué syndical Force Ouvrière, Mounir Makhloufi. Les membres du CHSCT (comité hygiène et sécurité) et les représentants du personnel volontaires vont pouvoir contrôler tous les bus en présence de la direction. Cela devrait durer jusque très tard dans la soirée.

Lundi matin, aucun des 137 bus n'est sorti du dépôt de Bondoufle. Les syndicats demandaient un contrôle des roues des bus après deux incidents. En novembre 2017, deux bus avaient perdu une roue alors qu'ils circulaient et les salariés étaient inquiets.

Le CHSCT était au dépôt lundi matin pour obtenir ces contrôles mais la direction avait affirmé que la révision avait déjà été faite par un prestataire extérieur le lendemain de l'incident autrement dit jeudi vendredi et samedi.

Cela n'avait pas suffi aux salariés, ni aux syndicats qui n'avaient pas été informés de cette maintenance. La direction a donc accepté un nouveau contrôle.