Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Ces conducteurs qui changent leurs habitudes à cause des bouchons sur la rocade de Bordeaux

lundi 4 décembre 2017 à 22:58 Par Thomas Coignac, France Bleu Gironde

Avec 250 000 véhicules par jour, la rocade de Bordeaux est le point sensible des embouteillages dans la Métropole. Et pousse certains à changer leurs habitudes. Comme Christophe, qui, une fois par semaine, s'est mis au télétravail, pour ne pas faire le trajet Blanquefort - Gradignan.

Christophe ne prend plus sa voiture que quatre fois par semaine pour aller au travail. De quoi donner le sourire.
Christophe ne prend plus sa voiture que quatre fois par semaine pour aller au travail. De quoi donner le sourire. © Radio France - Thomas Coignac

Bordeaux, France

Avant, pour Christophe, le mardi "on savait que c'était le jour le plus sensible pour les bouchons". Mais aujourd'hui, le mardi, ce chef de projet dans l'informatique laisse sa voiture chez lui, à Blanquefort, plutôt que de se rendre à Gradignan, sur son lieu de travail. Un "privilège" que son employeur, la Direction des Systèmes de Pôle Emploi, réserve à ses employés qui ont plus de 100 minutes de trajet, aller-retour, pour se rendre de chez eux à leur lieu de travail. Avant de descendre la limite à 60 minutes, faute de candidats.

J'utilise une appli pour éviter les bouchons, mais comme tout le monde a la même...

"Cela permet de gagner du temps, bien sûr, puisque tous les retards liés aux bouchons sont évités, explique-t-il. Mais surtout, dans mon cas, cela ne change pas grand chose au fond du travail". Parce que Christophe s'évite ainsi un trajet de 45 minutes à une heure, qu'il ne fait donc plus que quatre fois par semaine. Un long trajet, "alors qu'il y a 20 ans, quand j'ai commencé à le faire, je mettais 20 minutes, explique-t-il. C'est surtout depuis deux à trois ans que je trouve que la rocade est compliquée". Même s'il essaie parfois de ruser, en "coupant" par Le Haillan, ou depuis quelques années, en utilisant l'application Waze pour éviter les bouchons, "même si tout le monde a la même appli, donc ça ne sert à rien", la plupart du temps, Christophe se contente de prendre son mal en patience.

La rocade bordelaise est empruntée tous les jours par 250 000 véhicules. - Maxppp
La rocade bordelaise est empruntée tous les jours par 250 000 véhicules. © Maxppp - Maxppp

Une habitude qui n'est pas encore très partagée. En 2016, selon les sources, entre 7 et 15 % des Français pratiquaient le télétravail contre 35% par exemple, dans les pays du Nord de l'Europe. Pour Christophe, le mardi seul suffit, "pour ne pas perdre le contact avec les collègues". Alors, ce partisan du fameux "grand contournement" de Bordeaux, dernièrement relancé par Alain Juppé, risque de passer encore quelques heures dans les bouchons.