Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Charente-Maritime : le péage sans barrière va bientôt être testé sur l'A837

lundi 29 octobre 2018 à 18:31 Par Julien Fleury, France Bleu La Rochelle

Les travaux sont en passe de s'achever à la gare de péage de Tonnay-Charente. Bientôt, une voie réservée permettra de prendre l'autoroute sans s'arrêter. Le site a été choisi par Vinci autoroutes avec Tours-Nord, pour tester le "free flow", péage sans barrière bientôt autorisé en France.

A Tonnay-Charente, la voie réservée au péage sans barrière est déjà réalisée. Mais elle est encore fermée par des plots et une barrière, et n'entrera pas en service avant début 2019.
A Tonnay-Charente, la voie réservée au péage sans barrière est déjà réalisée. Mais elle est encore fermée par des plots et une barrière, et n'entrera pas en service avant début 2019. © Radio France - Julien Fleury

Tonnay-Charente, France

Ce mardi soir, la gare de péage de Tonnay-Charente (Charente-Maritime) sera fermée dans les deux sens, entre 21h et 7h du matin. Une dernière nuit de gros travaux pour la nouvelle voie de péage sans barrière, en cours d'installation. Tonnay-Charente a été retenu par Vinci autoroutes avec Tours-Nord pour tester le "free flow" (flux libre), que le gouvernement s'apprête à autoriser via la future loi d'orientation des mobilités, présentée à la fin du mois.

Moins de bouchons, et donc moins de pollution: plusieurs systèmes de péage sans barrière sont déjà en fonctionnement à travers l'Europe, a priori sans inconvénient majeur. A terme, en France, il sera possible de s'acquitter de son péage, en passant sous des portiques à 130 km/h. Mais ce n'est pas exactement ce qui est testé à Tonnay-Charente. Ici il s'agit d'adapter une voie sans barrière à la gare de péage existante qui permet d'entrer et de sortir de l'autoroute.

Une application à télécharger

Sur cette voie spéciale, on pourra passer à 50 km/heure, ce qui est déjà mieux que les 30 maximum exigés jusqu'à présent, lorsqu'on dispose d'un badge d'abonnement Liber-T, et qu'on passe par une voie où la barrière se lève automatiquement. Les abonnés pourront bien sûr utiliser la nouvelle voie sans barrière. Les autres devront télécharger une application sur leur téléphone et créer un compte. A défaut ils recevront la facture au domicile indiqué sur leur carte grise.

Des caméras pour lire la plaque d'immatriculation, des lecteurs laser pour mesurer le volume du véhicule. Voilà ce qui s'ajoute aux bornes de lecture de badge des abonnés, déjà en fonctionnement. - Radio France
Des caméras pour lire la plaque d'immatriculation, des lecteurs laser pour mesurer le volume du véhicule. Voilà ce qui s'ajoute aux bornes de lecture de badge des abonnés, déjà en fonctionnement. © Radio France - Julien Fleury

La plaque d'immatriculation sera repérée par des caméras. Un système laser permettra d'estimer le volume du véhicule et donc le montant du péage. Ces équipements sont déjà installés. Vinci va les tester en interne durant quelques semaines, et puis il s'agira de passer aux conditions réelles. Ce péage sans barrière devrait ouvrir début 2019.

5% de fraude

A Tonnay-Charente, le gain de temps pour les usagers sera de quelques dizaines de secondes, mais généralisé à de grandes barrières de péage comme Virsac en direction de Bordeaux, le système doit permettre de limiter fortement les bouchons, et donc la pollution inutile.

Le problème de ces péages sans barrière, c'est la fraude, estimée à 5% quand elle est aujourd'hui quasiment nulle lorsqu'il y a des barrières. Le gouvernement envisage de renforcer les amendes pour les fraudeurs régulières. Mais il faudra une décision à Bruxelles pour poursuivre les automobilistes européens, et permettre aux sociétés d'autoroutes d'accéder aux registres d'immatriculation de tous les pays de l'Union.