Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Charles-Ange Ginésy envisage le retour au 90 km/h sur certaines routes des Alpes-Maritimes

-
Par , , France Bleu Azur

Le Premier ministre est favorable à un assouplissement de la limitation de vitesse sur les routes secondaires : elles pourraient revenir à 90 km/h. Les présidents des conseils départementaux décideront seuls. Annonce vivement dénoncée par Charles-Ange Ginésy, le président des Alpes-Maritimes.

Charles-Ange Ginésy, président du conseil départemental des Alpes-Maritimes
Charles-Ange Ginésy, président du conseil départemental des Alpes-Maritimes © Maxppp - Vincent Isore

Alpes-Maritimes, France

Depuis un an bientôt, les routes secondaires sont limitées à 80 km/h, mais elles pourraient bien revenir à 90 km/h. Ce jeudi, le Premier ministre a montré des signes d'ouverture. Edouard Philippe ne "verrait aucun inconvénient à laisser les présidents des conseils départementaux assouplir cette mesure". C'est ce qu'il a déclaré sur franceinfo

Dans les Alpes Maritimes, la mesure a concerné 1.105 kilomètres de routes départementales. Charles-Ange Ginésy, président du conseil départemental des Alpes Maritimes, est opposé à cette limitation, mais ce jeudi soir, il dénonce un piège.

Le Premier ministre veut bien assouplir la mesure mais à condition que les présidents départementaux prennent leurs responsabilités si cela entraîne des conséquences sur la mortalité routière. "Avec cette annonce du Premier ministre, on nous enferme dans un débat où il y aurait d’un côté les sachants qui décident à Paris et de l’autre les élus locaux inconscients face à l’enjeu de la sécurité routière", s'insurge Charles-Ange Ginésy.

"Un retour à 90 km/h semblerait envisageable sur la plupart des 900 km de routes du Haut et Moyen Pays."

Le président des Alpes-Maritimes envisage cependant le retour aux 90 km/h. "Il y a 900 kilomètres qui sont en zone de montagne, dans le Moyen et le Haut Pays et pour lesquels il y a de très nombreux endroits qui méritent de pouvoir être circulés à 90 km/h". Charles-Ange Ginésy ajoute "qu'il y a 200 km qui sont situés en zone urbaine sur le littoral et là, la limitation est déjà contrainte par les traversées d'agglomération". Ils feront donc l'objet d'un examen au cas par cas.