Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Châteauroux : quatre Airbus A380 sont arrivés à l'aéroport Marcel-Dassault

-
Par , France Bleu Berry

Partis de l'aéroport de Londres-Heathrow, quatre Airbus A380 ont atterri à l'aéroport Marcel Dassault, à Châteauroux. En pleine épidémie de Covid-19, le trafic aérien est presque à l'arrêt. Il faut donc stocker les avions.

Un Airbus A380 sur le tarmac de l'aéroport de Châteauroux. Impressionnant !
Un Airbus A380 sur le tarmac de l'aéroport de Châteauroux. Impressionnant ! - Damien Noël / Aéroport Marcel Dassault

C'est un mastodonte des airs qui s'est posé sur la piste de l'aéroport Marcel Dassault, à Châteauroux, ce lundi 6 avril. Plus exactement, quatre avions Airbus A380 de la British Airways qui ont atterri dans le courant de la journée. Pour vous donner une idée, l'Airbus A380 fait 73 mètres de long et 24 mètres de haut. Difficile donc de passer à côté.

Confinement oblige, il n'était pas possible de voir les avions. Mais les passionnés ont pu suivre le trajet des Airbus A380 sur une carte.
Confinement oblige, il n'était pas possible de voir les avions. Mais les passionnés ont pu suivre le trajet des Airbus A380 sur une carte. - Capture d'écran FlightRadar24

Au total, onze Airbus A380 vont être stockés pendant une durée de six mois à l'aéroport de Châteauroux. "C'est une grande fierté, une grande satisfaction pour tout le personnel de l'aéroport", se félicite Didier Lefresne, directeur de l'aéroport Marcel Dassault. "Il y a eu beaucoup de promesses depuis de nombreuses semaines. Avec le coronavirus, on a été très sollicités pour des places de parking. Au final, toutes les belles promesses ne se sont pas réalisées. Et puis, on est revenu vers British Airways pour leur proposer des places de parking et ça se concrétise aujourd'hui", ajoute-t-il.

Il y a des taxes d'atterrissage, des taxes de parking, c'est donc une belle opération de business. 

Onze Airbus A380 doivent arriver à Châteauroux au total

La compagnie britannique a besoin de stocker une partie de sa flotte puisque le trafic aérien est en nette baisse à cause de l'épidémie de Covid-19. Sur les 12 avions A380 que compte British Airways, 11 vont venir à Châteauroux. Quatre sont déjà arrivés, deux autres suivront mardi puis les cinq autres dans les 15 prochains jours si tout se passe bien.

Pendant six mois, les avions vont être bichonnés. "Il va y avoir de la maintenance régulière par les équipes de British Airways. Il faudra faire tourner les réacteurs, il faudra ouvrir ces avions car ils s'abîment quand ils restent trop longtemps fermés. Il faudra les déplacer régulièrement, car les pneus risquent de se dégonfler avec le poids de l'avion", précise Didier Lefresne. En revanche, il n'est pas prévu que ces avions volent.

Quel impact du Covid-19 sur l'activité de l'aéroport de Châteauroux ?

Didier Lefresne ne s'inquiète pas pour les conséquences sur le long terme du ralentissement de l'économie à cause de l'épidémie de coronavirus. Dans l'immédiat, il y a malgré tout des conséquences. "On a beaucoup moins d'entraînement et moins de fret même si on continue notre activité. Cette opération Airbus A380 nous permet de compenser un manque d'attractivité par autre chose", explique le directeur de l'aéroport de Châteauroux.

Mais selon lui, l'activité va vite repartir. "Dès que la situation va redevenir normale, les compagnies vont revenir pour la formation des pilotes car ils vont en avoir besoin. La formation des équipages va être un passage incontournable", conclut Didier Lefresne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess