Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Châtellerault : une centaine de personnes mobilisées devant la gare

samedi 2 décembre 2017 à 20:51 Par Clémence Dubois-Texereau, France Bleu Poitou

Des horaires plus adaptés aux personnes qui travaillent. Voilà la revendication des riverains et élus mobilisés en gare de Châtellerault ce samedi après-midi. Depuis la mise en service de la LGV, 10 trains en provenance ou à destination de Paris desservent Châtellerault. Seul bémol : les horaires.

Riverains et élus demandent plus de train en provenance et en direction de Paris.
Riverains et élus demandent plus de train en provenance et en direction de Paris. © Radio France - Clémence Dubois-Texereau

Châtellerault, France

"J'arrive tous les matins à 9h voire 9h30 au bureau. Mon patron commence à s'agacer." Eric travaille dans un cabinet d'architecture sur Paris mais il habite à Châtellerault. Le voilà contraint d'arriver en retard au bureau car le premier train qui fait un arrêt en gare ne passe qu'à 6h49 et arrive en gare Montparnasse à 8h30. La situation devient complexe pour Eric :" si ça continue je vais prendre la porte" annonce-t-il.

La situation a bien changé selon lui. "Il y a quinze ans, le train arrivait à Paris à 8h10. C'était parfait." Aujourd'hui, la journée se fait au pas de course car si Eric arrive tard, il doit en revanche partir plus tôt pour pouvoir rentrer à Châtellerault. "On court, on se met en tête de train, le soir on espère qu'il n'y aura pas de soucis dans le métro sinon c'est la catastrophe. Et puis le midi, on ne mange quasiment pas pour faire ses heures "raconte-t-il.

Reste une solution possible : prendre le train à Poitiers où les dessertes sont plus fréquentes. Mais c'est un coût : "il faut payer l'essence pour aller à Poitiers, garer la voiture, payer le parking, puis accepter de payer le train un peu plus cher" note Eric. La solution a pourtant été adoptée par le député Nicolas Turquois :" Les horaires de Châtellerault ne correspondent pas avec mes horaires lorsque je dois aller à l'Assemblée Nationale. Du coup je prends le train à Poitiers."

La crainte de voir les entreprises quitter le territoire

Au-delà des inquiétudes des riverains, l'association "Châtellerault, notre gare, notre avenir" s'inquiète aussi d'une désertification de la région. "C'est tout l'enjeu de notre mobilisation" explique Jean-Louis Moreau, le secrétaire avant de poursuivre : "on veut que les gens puissent vivre, habiter et travailler ici. On a peur que la question du transport soit un prétexte pour une entreprise de se délocaliser à Bordeaux par exemple."

Châtellerault est un vivier d'entreprises, le "deuxième bassin industriel de la région Nouvelle-Aquitaine" selon Jean-Pierre Abelin, président de l'agglomération du Châtelleraudais et maire de la commune. Nicolas Turquois, récemment en visite dans l'entreprise Thalès, a constaté des difficultés liées au transport : "l'entreprise a besoin de faire venir des cadres, de recevoir des clients et ça devient compliqué depuis quelques temps."

Elus et riverains espèrent désormais rencontrer la ministre des transports Elisabeth Borne. L'association a elle annoncé lancer une pétition en début de semaine.