Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports DOSSIER : Chiffre du jour

Chiffre du jour : les transports en commun sont gratuits dans une trentaine de villes françaises

-
Par , France Bleu Vaucluse, France Bleu

Et si les transports en commun devenaient gratuits ? Une trentaine de villes françaises ont franchi le pas, pour améliorer la qualité de l'air et le pouvoir d'achat des usagers. Le sujet pourrait être au cœur des élections municipales dans certaines villes.

Le tramway d'Avignon pendant ses essais.
Le tramway d'Avignon pendant ses essais. © Radio France - Marie Rouarch

En France, une trentaine de villes proposent des transports gratuits. Pour essayer de faire gonfler ce chiffre, les rencontres du transport public gratuit viennent de s'achever à Chateauroux, ville pionnière en la matière, puisqu'elle est passée au tout gratuit il y a presque 20 ans, en 2001. Le sujet devrait être au cœur de la campagne des municipales, ici aussi à Avignon, alors que le tram arrive dans un peu plus d'un mois et qu'on n'en connaît pas encore les tarifs.

Dans le Nord, Dunkerque, communauté urbaine de 200.000 habitants est passé aux transports gratuits il y a pile un an. La fréquentation explose : jusqu'à 125% d'augmentation. Plus près de chez nous, Gap et Aubagne ont aussi adopté la gratuité.   

Amélioration de la qualité de l'air et du pouvoir d'achat 

Ces municipalités expliquent qu'elles arrivent à boucler leur budget puisque la billetterie ne représente pas une énorme part des recettes : 10% par exemple à Niort, avant son passage au tout gratuit, financé surtout par les entreprises qui versent une taxe aux agglomérations. Passer au transport gratuit, c'est un choix politique fort, à l'heure de la crise climatique.

Les élus qui ont pris cette décision invoque l'amélioration de la qualité de l'air alors que les épisodes de pollution se multiplient. Ils mettent en avant également l'amélioration du pouvoir d'achat des usagers et puis le retour des consommateurs dans les centre-villes parfois désertés.  Aujourd'hui, seuls 2% des Français ont accès à des transports urbains gratuits. Une seule capitale mondiale a franchi le pas : c'est Tallinn, en Estonie.

Choix de la station

France Bleu