Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Circulation à Bordeaux : une consultation publique ouverte autour des expérimentations du plan vélo

-
Par , France Bleu Gironde

Trois mois après l'expérimentation des aménagements cyclables cours de la Somme, route de Toulouse et rue de Bègles, la mairie lance une consultation publique. Chaque personne qui le souhaite est invitée à donner son avis et faire des propositions.

La circulation le matin cours de la Somme.
La circulation le matin cours de la Somme. © Radio France -

Dans le cadre de son plan vélo, la Ville a mis en place une expérimentation cours de la Somme avec notamment la création d'une voie réservée aux bus et aux vélos dans le sens de la place Nansouty vers la place de la Victoire. Pour l'heure, il n'existe plus qu'une seule voie pour les voitures. La rue de Bègles et la route de Toulouse expérimentent aussi une nouvelle circulation plus adaptée aux vélos. 

Si les cyclistes se félicitent d'un partage de la route plus juste et moins dangereux, beaucoup d'automobilistes réclament un "retour à la normale". Des pétitions ont même été lancées pour alerter la mairie de la situation : "Il faut aujourd'hui 15 minutes pour faire 200 mètres au lieu de 2 minutes avant", assure Carlos, à l'arrêt dans sa voiture juste avant la place Nansouty. Des habitants parlent également de petites rues "saturées". Selon Myriam, une riveraine, ces nouveaux aménagements obligent les automobilistes à passer par les rues résidentielles du quartier : "C'est un enfer. Il y a des vélos, des trottinettes, énormément de circulation et c'est compliqué. On est pressé le matin avec les enfants, on fait moins attention, et c'est dangereux car il y a des écoles". 

De son côté, la Ville rappelle qu'une consultation en ligne ou en mairie est ouverte pour partager son expérience et proposer des solutions. France Bleu Gironde fait le point avec l'adjoint au maire chargé de la nature en ville et des quartiers apaisés, Didier Jeanjean.

France Bleu : Vous avez lancé une expérimentation avec de nouvelles voies réservées aux vélos. Le temps de parcours, selon certains automobilistes, a augmenté, notamment place Nansouty. Que proposez-vous ?

Didier Jeanjean : "En effet, ça bloque dans le sens Victoire-Nansouty. Mais il se trouve que c'est la voie sur laquelle nous ne sommes pas intervenus. Donc, le ressenti est juste, mais il n'est pas lié à nos aménagements. Pour autant, on en tient compte, comme partout ailleurs dans Bordeaux. Quand il y a des bouchons qui se créent comme ça, c'est souvent un mauvais calage des feux tricolores. Donc là, on travaille plutôt sur les feux que sur les aménagements." 

Comment expliquer que des automobilistes ont le sentiment de faire 15 minutes de plus qu'avant ? 

"Ce ressenti est possible. Il est possible qu'un jour vous passiez là et qu'il y est, pour X raison, un ralentissement. Mais les relevés techniques ne disent pas ça. En revanche, nous sommes très prudents parce qu'on est dans des périodes de confinement, dans des périodes de couvre-feu et il faut tenir compte de cette donnée, mais encore une fois, pour l'instant, il n'y a pas de ralentissements sur le cours de la Somme et sur la rue de Bègles. Au contraire, on observe même une fluidité qui est assez intéressante." 

Vous avez ouvert une consultation publique. Elle va durer plusieurs mois. Va t-on devoir attendre la fin de la consultation pour obtenir de premiers changements ? 

"Il est évident que fin août, suite à cette longue consultation de près de sept mois, on mettra en œuvre tout ce qu'on va pouvoir recueillir. Mais on le fait au fur et à mesure. Nous avons déjà eu quelques retours et nous avons déjà mis en place des changements de circulation dans certaines rues. Donc on va attendre fin août mais on ne va pas s'empêcher de faire des modifications avant si on trouve que les idées sont opportunes et pertinentes." 

Des riverains dénoncent également une circulation qui se reporte dans les petites rues du quartier... 

"Ce que je note dans ce que vous me dites, c'est que les gens, finalement, ne veulent pas être importunés par la présence de la voiture. Et c'est vrai que c'est source d'insécurité et source de pollution. Ceux qui vivent dans le quartier, peuvent tout à fait circuler, mais ceux qui ne font que le traverser, il faut les empêcher. Alors, pour répondre à votre question, ceux qui traversent le quartier, qui ne rentrent pas chez eux, c'est vrai qu'ils cherchent ce qu'on appelle des trajets alternatifs et malheureusement, 'waze' ne nous aide pas. Donc pas à pas, rue après rue, on essaye d'empêcher ces trajets alternatifs. Pour information, il y a 54% des déplacements domicile-travail qui font moins de 4 kilomètres. Aujourd'hui, on dit à ces gens-là qu'ils peuvent peut-être prendre un autre moyen de locomotion. Quand ce report modal sera observé, ces désagréments n'existeront plus. Je vous donne un exemple très simple : le pont de pierre. Aujourd'hui, il y a une explosion du nombre de validation des tickets de tram. Il y a eu une explosion du nombre de vélos. C'est compté par radar et ça fonctionne sans qu'il y ait pour autant des bouchons d'un côté comme de l'autre du pont." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess