Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Embouteillages à Bordeaux : Vincent Feltesse propose une thérapie de choc

mardi 3 avril 2018 à 18:42 Par Jules Brelaz, France Bleu Gironde

Péage urbain, écotaxe, troisième voie dédiée au covoiturage sur la rocade... A deux ans des élections municipales, le conseiller régional socialiste Vincent Feltesse a dévoilé mardi une série de propositions pour améliorer la mobilité dans l'agglomération bordelaise.

Vincent Feltesse au Conseil municipal de Bordeaux
Vincent Feltesse au Conseil municipal de Bordeaux © Maxppp - Cottereau Fabien

Bordeaux, France

Le timing peut surprendre. Alors que la SNCF connaît ce mardi sa première journée de grève perlée, c'est le jour choisi par Vincent Feltesse pour parler... mobilité ! L'ancien conseiller à l'Elysée de François Hollande dresse un constat sévère des problèmes de circulation sur le réseau routier et de transports en commun de Bordeaux Métropole.

"Nous sommes la troisième ville la plus embouteillée de France, et quand le TGV marche, on met pratiquement moins de temps à aller à Paris aujourd'hui que d'aller du centre-ville de Bordeaux à Saint-Médard-en-Jalles ou à Pessac."

Le paradis, le purgatoire et l'enfer pour décrire la circulation à Bordeaux (Extrait d'un document de travail de Vincent Feltesse) - Radio France
Le paradis, le purgatoire et l'enfer pour décrire la circulation à Bordeaux (Extrait d'un document de travail de Vincent Feltesse) © Radio France -

"Rocade et tramways saturés"

Avec un trafic qui oscille entre 80.000 et 135.000 véhicules/jour, la rocade bordelaise est "à la fois un axe majeur, structurant mais le plus préoccupant car sous-dimensionné et congestionné", explique Vincent Feltesse. Le conseiller municipal socialiste propose notamment l'élargissement à trois voies sur les tronçons manquants, ainsi que l'autorisation de circulation sur la bande d'arrêt d'urgence pour les covoiturages, "comme c'est le cas à Strasbourg ou en région francilienne"

Le péage urbain peut diminuer fortement la circulation de l'ordre de 15 à 20%

Face au coût social potentiel du dispositif, "qui n'est pas acceptable", Vincent Feltesse plaide pour "un péage urbain positif, c'est-à-dire qu'on vous donne de l'argent si vous covoiturez. Quant à l'écotaxe au niveau régional, je rendrai dans quelques semaines un rapport au président du Conseil régional Alain Rousset pour voir quelles formes cela pourrait avoir."

"Non ce n'est pas un plan pour ou contre Alain Juppé"

Vincent Feltesse déplore par ailleurs le vieillissement du réseau de transports en commun, "la ligne B sujette à des pannes à répétition, et les décisions récentes de la métropole avec des extensions de tramways en périphérie ne répondent pas à cette double-saturation". L'élu socialiste déplore également l'absence de concertation sur le stationnement à Bordeaux. 

"Aujourd'hui, j'ai l'impression que nous sommes plutôt à user les vieilles recettes au lieu d'inventer des solutions à la crise que nous connaissons sur la mobilité".

A deux ans des élections municipales, Vincent Feltesse semble déjà en campagne. Même si l'intéressé affirme le contraire."Nous n'en sommes pas au temps des échéances électorales, ni de qui sera candidat et sous quelle étiquette, nous sommes une boîte à idée." L'association Bordeaux Métropole des Quartiers 2020 qu'il préside, "réunit depuis 2015, des femmes et des hommes qui contribuent par le débat d'idées et la rencontre à une nouvelle dynamique locale centrée sur le progrès social, environnemental et économique."