Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Circulation en Gironde : "Mes employés passent la moitié de leur journée en voiture"

lundi 4 décembre 2017 à 21:47 Par Chloé Gandolfo, France Bleu Gironde

C'est bien connu, dans la métropole de Bordeaux et au-delà, il y a de plus en plus d'embouteillages. Les travailleurs qui effectuent des trajets pendant leur journée de travail, comme les artisans perdent beaucoup de temps dans leur voiture. Cela représente un manque à gagner pour les entreprises.

Etienne Rivet, plombier chauffagiste passe la moitié de sa journée de travail dans sa voiture.
Etienne Rivet, plombier chauffagiste passe la moitié de sa journée de travail dans sa voiture. © Radio France - Chloé Gandolfo

Gironde, France

Il y a de plus en plus de bouchons dans la métropole bordelaise et au-delà. Les temps de parcours sont rallongés et les embouteillages démarrent de plus en plus loin. Une perte de temps considérable pour les travailleurs qui sont obligés de prendre leur voiture pour se déplacer chez leurs clients.

Exemple avec Etienne Rivet, technicien chauffagiste depuis 13 ans. Il est employé de la société Arieb, basée à Bordeaux et il se déplace régulièrement en voiture dans le centre-ville pour réparer des chaudières et la plomberie. Depuis 6 mois, ses trajets sont devenus impossibles : "Très longs, beaucoup de bouchon et beaucoup de travaux"'. A cause de la circulation, il n'arrive plus à atteindre ses objectifs, l'artisan est obligé de rallonger ses journées : "Je fais plus d'heures. J'ai moins de temps pour ma vie personnelle et mes pauses repas sont diminuées".

Une baisse importante du chiffre d'affaires

Pour sa cheffe, Fabienne Dubros, ces temps de trajet rallongés commencent à poser un vrai problème : "Un technicien qui a une journée de 8 heures n'arrive plus à travailler que 4 heures dans sa journée à cause des bouchons. Le constat c'est qu'on met autant de temps à aller chez un client qu'à effectuer la prestation", s'écrit-elle.

Les 6 techniciens et artisans qui travaillent pour elle font de moins en moins d'interventions sur une journée. Cela se ressent automatiquement sur le chiffre d'affaires de l'entreprise : "Cela nous coûte plus cher. Car en plus de la perte, nous sommes obligés de payer des heures supplémentaires parce qu'ils finissent plus tard pour essayer de récupérer une part du fichier client", décrit la responsable.

Chacun de ses employés perd environ 2 clients par jour à cause des embouteillages. Fabienne Dubros évalue sa perte à 1500 euros tous les jours.