Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Coronavirus : reconfinement en France à partir de vendredi, jusqu'au 1er décembre

Citéline Thionville-Fensch : des améliorations mais pas d'annulation du nouveau réseau de bus

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Le nouveau réseau de bus du Thionvillois et de la Vallée de la Fensch suscite l'ire des usagers et de certains élus, depuis sa mise en place le jour de la rentrée scolaire, le 1er septembre dernier. Le Smitu, qui gère le réseau, reconnaît un manque de communication et promet des améliorations.

Le siège du Smitu, à Yutz
Le siège du Smitu, à Yutz © Radio France - Julie Seniura

Petit mea culpa du Smitu, le syndicat mixte qui gère le réseau de transports du Thionvillois et du Val de Fensch. Depuis la mise en place du nouveau réseau de bus Citéline, le 1er septembre dernier, les critiques sont légion, pour dénoncer les nouveaux parcours, des horaires inadaptés, notamment pour desservir les établissements scolaires... Il y a eu des pétitions d'usagers, des manifestations de parents d'élèves, des élus qui sont montés au créneau. Certains réclamaient même l'annulation de ce nouveau plan de transports.

Améliorations

Les élus du Smitu indiquent aujourd'hui que toutes les remontées d'usagers et des chefs d'établissements scolaires sont étudiées. De nombreuses corrections ont déjà été apportées, d'autres vont l'être la semaine prochaine. Mais il n'est pas question de remettre en cause le plan du réseau. Il est indispensable : il va permettre d'accueillir deux lignes de bus à haut niveau de service (BHNS), le Citézen, d'ici 2026. 

Roger Schreiber, le président du Smitu, reconnait que les usagers n'ont pas été assez informés, ni suffisamment tôt, sur ce nouveau réseau. Mais il confie aussi qu'il manquait des données (besoins des communes, horaires et provenance des élèves des établissements scolaires) pour proposer un service adapté à la demande. "La situation ne restera pas comme ça. On essaiera de donner satisfaction autant que faire se peut, et je pense même qu'on arrivera à résoudre tous les problèmes".

Elèves laissés sur le trottoir

L'un des gros problèmes rencontrés depuis deux semaines, ce sont ces cars scolaires pleins, qui ne peuvent plus prendre de passagers et qui laissent des élèves sur le trottoir. Les conducteurs confrontés à cette situation avertissent le PC central, qui tente au maximum de faire venir un nouveau car. Mais ce n'est pas toujours possible : Trans Fensch, la société exploitante du réseau, travaille en ce moment à flux tendu. "Tous nos véhicules de réserve sont sur la route", reconnaît Cédric André, le directeur adjoint du Smitu. "Mais on y travaille". 

D'ici la fin de la semaine prochaine, tout sera rentré dans l'ordre - Roger Schreiber, président du Smitu

Toutes les fiches de chaque ligne, avec les horaires de chaque arrêt, sont régulièrement mises en ligne sur le site de Citéline. Elles seront imprimées prochainement, quand tous les ajustements seront terminés.  

Roger Schreiber, le président du Smitu (2ème en partant de la gauche) et ses vice-présidents
Roger Schreiber, le président du Smitu (2ème en partant de la gauche) et ses vice-présidents © Radio France - Julie Seniura
Choix de la station

À venir dansDanssecondess