Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Clermont-Ferrand : les vols vers Orly devraient reprendre dés la mi-septembre

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

L'union sacrée débouche sur un succès : la ligne Clermont/Orly va reprendre du service avec Amelia/Regourd. Elus de tous bords, décideurs économiques et parlementaires ont travaillé main dans la main pour sauver cette liaison indispensable au développement économique de l'Auvergne.

Bientôt la reprise des vols vers Orly
Bientôt la reprise des vols vers Orly © Radio France - Dominique Manent

Dans le hall de l'aéroport de Clermont-Aulnat, ils sont tous là : élus locaux, représentants du syndicat mixte de l'aéroport, représentants de la CCI, décideurs économiques. C'est une _"Auvergne unie et rassemblée"souligne Laurent Wauquiez, président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, qui a permis de sauver la liaison avec Orly, abandonnée par Air France. "Nous avons été soudés, nous avons laissé de côté nos différences politiques"_ insiste-t-il.  Et c'est ensemble qu'ils ont choisi la compagnie Amelia, du groupe Regourd Aviation, pour assurer les rotations avec la capitale. Les premiers avions sont attendus pour la mi-septembre, avec un vol le matin et un vol le soir.

Pourquoi Regourd ?

Il y avait deux candidats dans la balance : Chalair et Regourd. Chalair avait un avantage, pouvoir démarrer très vite. Mais le groupe Regourd est vite apparu plus solide financièrement. Partout où le groupe opère -c'est le cas à Aurillac, Castres ou Lorient- il est très bien perçu."Les mairies nous ont dit, ils sont très sérieux, très réguliers, et ils ont à coeur de défendre leur territoire" souligne Laurent Wauquiez. L'entreprise pourrait aussi ouvrir de nouvelles lignes. Enfin, argument de poids, elle va localiser ses appareils à Clermont-Ferrand et fournir du travail à l'atelier de maintenance de Hop ! en grande difficulté. "La décision a été prise à l'unanimité" se félicite le président d'AURA.

Les élus autour de Laurent Wauquiez dans le hall de l'aéroport de Clermont-Aulnat
Les élus autour de Laurent Wauquiez dans le hall de l'aéroport de Clermont-Aulnat - @aéroport Clermont-Aulnat

Le monde économique soulagé

Pour la CCI de Clermont-Ferrand, pour les entreprises locales, c'est le soulagement. Thierry Martin-Lassagne est Directeur des Affaires publiques chez Michelin. Il est également membre de l'association Objectif Capitales qui oeuvre pour une meilleure connexion de Clermont. Rallier Orly, c'est important pour ceux qui veulent aller dans le centre de Paris, mais aussi pour ceux qui veulent venir chez nous rappelle-t-il. "Les élus parlent de l'attractivité du territoire, mais ce n'est pas que Clermont. Il y a Vichy, il y a Issoire, il y a Ambert, il y a aussi le Cantal qui transite par Clermont  ... et ça sauve des emplois de PME,  ça sauve aussi des emplois induits. Par exemple, le laboratoire Théa fait maintenant ses réunions à Lyon, et donc ces emplois concernés par les réunions à Clermont disparaissent. Et lorsque nous sommes en train de négocier, comme c'est le cas en ce moment, l'installation d'une entreprise, il est évident qu'elle regarde les moyens de communication parce que toute sa vie ne se déroulera pas ici".

La même dynamique pour le train ?

Olivier Bianchi, maire de Clermont-Ferrand, président de Clermont-Métropole, salue lui aussi la méthode : "Nous avons été réactifs". Mais il n'oublie pas une autre problématique de taille, également liée au désenclavement de la capitale auvergnate : le train."Il y a aujourd'hui, du point de vue ferroviaire, encore beaucoup de progrès à faire. Je pense qu'on vient de voir là l'intérêt d'une unité des institutions et la force d'Objectif Capitales comme point d'appui aux analyses, et au lobbying nécessaire".

Un sentiment partagé par le président du Conseil Départemental du Puy-de-Dôme, Jean-Yves Gouttebel, qui rappelle : "L'opération UNESCO est également le fruit d'un front commun. Il faut savoir se rassembler, et avoir un discours unique. C'est parce qu'il est unique, commun, qu'il est aussi crédible après de nos interlocuteurs". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess