Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Clermont - Paris: la SNCF préfère l'espagnol CAF à Alstom pour ses futurs trains

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

La SNCF a annoncé ce mercredi midi son choix pour les futurs trains Intercités qui circuleront entre Clermont et Paris (ainsi qu'entre Toulouse - Limoges et Paris). C'est le constructeur espagnol CAF qui a été préféré à Alstom.

Les premiers trains circuleront en 2023
Les premiers trains circuleront en 2023 © Radio France - Emmanuel Moreau

Clermont-Ferrand, France

Guillaume Pépy avait glissé un indice lors de la conférence de presse qu'il avait tenu il y a douze jours lors de sa venue à Clermont-Ferrand. Le président de la SNCF avait expliqué que les nouveaux trains ne seraient pas du matériel régional modifié mais un véritable train conçu pour ces longs parcours. Une petite phrase parlante pour les connaisseurs du dossier puisqu'Alstom proposait une version d'un train régional transformé en une version grande ligne. Sachant que les dernières rames Alstom mises en circulation récemment (il y en a trois sur la ligne Montluçon - Bourges et bientôt trois entre Clermont et Nîmes) n'ont pas une réputation de grand confort, la petite phrase faisait penser que la SNCF n'allait pas choisir son constructeur historique.

D'ailleurs la rumeur courait depuis l'été que CAF avait la préférence, c'est donc officiel depuis ce mercredi. Le choix du constructeur espagnol a été validé hier mardi entre la SNCF et l'Etat, qui finance ces rames pour un total de 700 millions d'€uros. Selon le communiqué de la SNCF, "l'offre de CAF s'est avérée être la meilleure sur les critères de performance technique, d'innovation et de coût". Pour le moment, CAF n'est que "l'attributaire pressenti", dans l'attente de la signature du contrat prévue fin octobre.

12 rames pour 9 allers-retours par jour

La commande porte sur 28 rames. 12 rames (contre 13 actuellement) assureront la desserte entre Clermont et Paris, les autres étant destinées à la relation Toulouse - Limoges - Paris. Elles pourront transporter 405 passagers à 200 km/h avec un haut niveau de confort. Tous les trains seront équipés de wifi, de ports USB, de dix emplacements pour les vélos et seront entièrement accessibles aux personnes à mobilité réduite. Des trains plus confortables pour les passagers mais pas plus rapides, le temps de trajet ne devrait pas bouger.

Ces nouveaux trains seront partiellement français puisque fabriqués sur les sites CAF de Beasain au Pays Basque espagnol et de Bagnères-de-Bigorre dans les Hautes-Pyrénées. Les premières rames devraient entrer en service en 2023. L'Etat assure que toutes les rames devraient être en service fin 2024, un calendrier qui risque probablement d'avoir un peu de retard. Les vieux trains Corail qui assurent toujours la desserte auront alors atteint les 50 ans.

Choix de la station

France Bleu