Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Colis suspects en Ile-de-France : quatre fois plus d'alertes dans les transports en commun

-
Par , , France Bleu Paris, France Bleu
Paris, Île-de-France, France

Depuis les attentats du 13 novembre 2015, le trafic des transports en commun est très perturbé en Ile-de-France. La RATP constate quatre fois plus d'alertes que d'habitude pour des colis suspects ou des bagages abandonnés. La SNCF teste de nouveaux outils pour réduire ces perturbations.

RER à Paris
RER à Paris © Radio France - Martine Bréson

Cinq lignes de métro coupées mardi durant 45 minutes à cause d’un colis suspect à République. Toujours mardi, des arrêts à répétition pour le RER A parce qu’un bagage abandonné avait été signalé à La Défense. Depuis les attentats du vendredi 13 novembre 2015, ces incidents se multiplient. Les transports franciliens sont perturbés quotidiennement. Chaque jour, il y a en moyenne une quinzaine de signalements pour des colis suspects.  C'est quatre fois plus que d'habitude. Les voyageurs sont plus vigilants. Auparavant, c'était les agents qui signalaient ces colis abandonnés. Aujourd'hui, c'est la population qui réagit. 

Il ne faut pas paniquer pour rien : un voyageur

La SNCF veut sensibiliser un maximum de voyageurs. Des appels à la vigilance sont diffusés en boucle dans les gares. "Ne laissez pas vos bagages sans surveillance" : c’est ce qu’on peut entendre sur les quais. La plupart des usagers sont attentifs à la consigne. "Je fais très attention s’il n’y a pas des petits paquets oubliés, des valises aussi parce que, des fois, il y en a", affirme Zania. D’autres, comme Michel, prennent tout ça avec beaucoup plus de légèreté "Faut pas paniquer pour rien. Il n’y a pas de colis suspects partout. Moi je fais pas attention, je fais le Parisien quoi, je trace ma route, je calcule pas les gens".

Les voyageurs restent zen. Dès lundi, soit 9 jours après les attentats à Paris, le niveau de fréquentation était redevenu pratiquement normal dans le métro. 

La ponctualité en chute libre

La multiplication des alertes et des interventions pour des colis suspects posent de gros problèmes aux transporteurs. Le trafic est souvent interrompu. Les retards s’accumulent. Le RER A, qui est la ligne la plus fréquentée, est particulièrement touché. Un colis abandonné, c’est en moyenne une heure d’interruption de trafic. Pour la SNCF, impossible de respecter les objectifs de ponctualité réclamés par le Stif, le syndicat qui gère les transports en Ile-de-France. Depuis les attentats, la ponctualité est en baisse d'un point, ce qui est très important. La SNCF cherche des solutions pour réduire les perturbations et elle teste des outils.

Une cloche pour réduire les perturbations

Pour réduire les nuisances dues à des signalements de colis ou de bagages abandonnés, la SNCF et la Préfecture de police vont tester de nouveaux outils. Elles vont utiliser une machine qui détecte la présence d’explosifs. Une cloche va aussi être expérimentée. Cette cloche sera installée au-dessus des colis suspects. Cela permettra de réduire le périmètre de sécurité, de ne pas entièrement évacuer une station ou une gare par exemple, en attendant les démineurs.

.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess