Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Conducteur de bus dans l’agglomération de Metz : "Les ralentisseurs nous secouent une centaine de fois par jour"

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Les ralentisseurs cassent-ils le dos des conducteurs de bus ? Ceux du réseau Le Met', dans l'agglomération messine, dénoncent régulièrement leurs conditions de travail. Metz métropole va s’attaquer au sujet l’an prochain.

Place Saint-Martin, à Metz, les bus frottent par terre selon Rosalino Gomez, délégué Sud solidiaire au Met'.
Place Saint-Martin, à Metz, les bus frottent par terre selon Rosalino Gomez, délégué Sud solidiaire au Met'. © Radio France - François Pelleray

Metz, France

Sur certaines lignes de bus du réseau Le Met’, dans l’agglomération de Metz, un chauffeur peut passer une centaine de fois par jour sur des ralentisseurs et certains sont plus hauts que la norme. Les conducteurs, les clients et les bus encaissent les secousses raconte Rosalino Gomez, il est conducteur, délégué Sud solidiaire et membre du comité santé, sécurité et conditions de travail : "Sur la L3, vous passez 156 fois sur un ralentisseur. Nos sièges certes sont ergonomiques, mais eux aussi vieillissent et ils ne sont pas aussi efficaces chez un conducteur qui pèse 120 kg par rapport à un autre de 50 kg".

Penser la chaussée comme un espace partagé

Rosalino Gomez ne comprend pas non plus pourquoi un nouveau ralentisseur a été installé il y a deux ans au bord de la Moselle, quai du Rimport à Metz. Marie-Anne Isler-Béguin est la vice-présidente de Metz métropole en charge de la mobilité : "En face de ce quai du Rimport, il y a la synagogue et donc il y a du passage de piétons. Donc ce ralentisseur met les gens en sécurité. Aujourd’hui, la chaussée n’est pas seulement réservée aux bus et aux voitures. Les rues sont de plus en plus des espaces partagées où il ne faut pas dépasser les 20 km/h".

Je ne me vois pas conduire encore 15 ans (Rachel, conductrice)

Metz métropole est responsable de la voirie depuis moins de deux ans (1er janvier 2018), elle assure qu'un premier ralentisseur sera revu et corrigé l'an prochain, à Saint-Julien-lès-Metz, à côté de l’arrêt Terres rouges, au pied de la route qui mène au bourg. C’est là que les ennuis de santé de Rachel Alexandre ont commencé l'été dernier : "En milieu de service, j’ai roulé sur le ralentisseur et j’ai eu une douleur en bas du dos. J’ai eu trois semaines d’arrêt de travail pour une lombalgie aigüe. En montant, on voit bien les traces de bus sur la route, _ça frotte_. Avec un véhicule récent, ça va, mais avec un plus vieux, j’ai mal au dos à la fin de la journée. Je ne me vois pas conduire encore 15 ans".

Le ralentisseur des Terres rouges corrigé l'an prochain

La direction du Met' indique qu'elle fait tout pour faire avancer le problème auprès de Metz métropole La vice-présidente dédiée à la mobilité, Marie-Anne Isler-Béguin promet que ce ralentisseur sera revu et corrigé : "On a été un peu lent j'avoue pour traiter ce ralentisseur des Terres rouges mais on y travaille. Et l’année prochaine, ce sera sans doute le premier endroit qui sera mis en chantier".

161 passages par jour sur des ralentisseurs sur la ligne C13

Ce rythme a eu raison du dos d'une conductrice au bout de 20 ans de carrière. En début d'année, elle a été arrêtée pendant quatre mois : "J’ai eu une hernie discale ainsi qu’une sciatique. C’est vrai qu’avant je prenais les ralentisseurs entre 20 et 30 km/h mais maintenant c’est plutôt entre 10 et 20 km/h. Je préfère avoir trois à quatre minutes de retard et faire attention à ma santé".

Certains ralentisseurs ne seraient pas aux normes, plus de 20 cm de haut au lieu des 10 cm règlementaires et avec une pente de 7 à 10%, alors que cela ne devrait pas dépasser les 4% pour un bus articulé.

Les coussins berlinois, solution à tout ?

Marie-Anne Isler-Béguin prévient que le remplacement des ralentisseurs par des coussins berlinois n'est pas la panacée. Même si les bus peuvent passer au-dessus de ces petits ralentisseurs rouges sans les sentir : "Ils s’abiment également. Des clous peuvent dépasser et devenir dangereux pour les voitures et les vélos".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu