Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports DOSSIER : Le projet de l'A45 entre Saint-Étienne et Lyon

L'autoroute A45 sera-t-elle dans la liste du Conseil d'orientation des infrastructures ?

mercredi 31 janvier 2018 à 20:11 Par Émeline Rochedy, France Bleu Saint-Étienne Loire

Peut-être une date clé pour l'A45 : ce jeudi, le conseil d'orientation des infrastructures remet son rapport à la ministre des Transports. Il était chargé de faire le tri entre de nombreux projets routiers et ferroviaires en souffrance et notamment de désigner ceux qui lui semble prioritaires.

L'actuel axe entre Saint-Étienne et Lyon.
L'actuel axe entre Saint-Étienne et Lyon. © Radio France - ER

Saint-Étienne, France

Ce jeudi, il y aura ceux qui seront dans la liste et les autres. Le conseil d'orientation des infrastructures remet son rapport à la ministre des Transports, Élisabeth Borne. Réunissant élus et experts, il s'est penché sur au moins une vingtaine de projets d'infrastructures suspendus : leur coût respectif, leur utilité et les alternatives.

Et sur ce terrain, le projet de nouvelle autoroute entre Saint-Étienne et Lyon ne manque pas de concurrentes avec notamment une A31 bis devant résorber des bouchons quotidiens entre la Lorraine et le Luxembourg ou encore une nationale qu'il faut sécuriser d'urgence.

L'axe Centre Europe Atlantique pourrait ainsi griller la priorité à l'A45. Cette traversée du pays d'est en ouest est devenue la route la plus meurtrière du pays et les aménagements envisagés coûteraient deux fois moins cher que l'A45.  

Une rencontre entre un pro A45 et le président du conseil d'orientation

Reste que le président lui-même de ce conseil d'orientation, Philippe Duron a rencontré Emmanuel Imberton, le président de la CCI de Lyon Métropole Saint-Étienne, qui représentait alors le collectif A45.  

Consultation tous azimuts pour établir ensuite trois scénarios. Le premier énumère ce qu'il est possible de faire à budget constant, donc la liste des projets sauvés. Le deuxième donnerait la priorité aux transports du quotidien et à la rénovation des infrastructures avec d'avantage de moyens. Le dernier scenario serait plus volontariste et aussi beaucoup plus couteux. 

Ce conseil d'orientation a aussi concocté une boite à idées pour donner au gouvernement des pistes de financement, comme la taxation des livraisons à domicile, le retour temporaire d'une vignette, la mise en péage de voies express ou encore la hausse de la taxe sur les produits énergétiques (anciennement la TIPP). 

Le gouvernement doit présenter une loi de programmation et de financement en avril. Ensuite, la balle sera dans le camp des députés et des sénateurs qui reviendront forcément à la charge pour remettre leur route ou leur ligne de train sur le dessus de la pile. 

Si l'A45 devait être retardée, cela compromettrait de facto le projet dans sa forme actuelle, la déclaration d'utilité publique "périmant" à la fin de cette année.