Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Météo : 13 départements en vigilance rouge canicule, 47 en vigilance orange aux orages

Conséquence de la grève : succès du vélo dans Paris

-
Par , France Bleu Paris

Les bornes de comptage ont recensé 190.000 déplacements à vélo en tout (vélib et vélo de particuliers confondus) et par jour. C'est pratiquement 3 fois plus qu'avant la grève.

190.000 courses de vélos par jour ont été comptabilisés durant la grève
190.000 courses de vélos par jour ont été comptabilisés durant la grève © Maxppp - Delphine Goldsztejn

Conséquence de la grève dans les transports, de ces deux derniers mois : les vélos, pris d'assaut, ont remporté un grand succès, auprès des Parisiens .

Les bornes de comptage en ont recensé, par jour, 190.000 déplacement en tout (vélib et vélo de particuliers confondus). 

C'est pratiquement 3 fois plus qu'avant la grève. Si bien qu'à certains endroits, on pouvait assister à des embouteillages de vélos Rien qu'au niveau de l'Hôtel de Ville, la borne a vu passer près de 10.000 cyclistes par jour.  Soit une moyenne de 800 par heure (entre 8h du matin et 8h du soir).

Prendre son vélo tous les jours s'est finalement avéré une expérience moins traumatisante que prévue, pour certains,  si bien que bon nombres d'entre eux semblent vouloir transformer l'essai, si l'on en croit le nombre d'usagers de cette semaine, alors que le trafic a repris lundi. Ils sont 64% de plus qu'avant à pédaler, malgré le froid.  

Pour des milliers de parisiens, d'abord contraints et forcés par la grève, prendre son vélo tous les jours s'est finalement avéré une expérience moins traumatisante que prévue, voire agréable. De quoi nourrir durablement les rangs des "vélotaffeurs", ces adeptes du trajet quotidien en vélo.  

"La grève de 2019 est celle qui m'aura mis sur un vélo", témoigne Damien Steffan, qui dès le 5 décembre a emprunté un vélo, investi dans tout l'équipement du parfait cycliste et renoncé à ses trajets en tramway jusqu'à la Défense, pour parcourir à bicyclette les bucoliques allées givrées du Bois de Boulogne.   

"J'ai trouvé ça pas si désagréable. J'ai réalisé que j'allais plus vite et que j'arrivais dans un état tout à fait présentable au bureau", reconnait ce cadre de chez Total, prêt à transformer l'essai durablement.   La pratique du "vélotaf", qui consiste à se rendre tous les jours au travail à vélo, parfois même sur de très longues distances et qu'elles que soient les conditions météorologiques, réunit de plus en plus d'adeptes en France.    Ils se retrouvent au sein d'associations et échangent volontiers sur les réseaux sociaux des recommandations d'itinéraires protégés ou le relevé de leurs performances. 

Mais surtout les "vélotaffeurs" aiment documenter, parfois vidéos à l'appui grâce aux caméras légères dont certains équipent leurs casques, les incivilités (obstruction de la piste cyclable, dépassement dangereux) et les agressions dont ils sont victimes de la part d'autres usagers.   "Sociologiquement, il y a de tout, on est passé d'une pratique plus masculine à une pratique plus mixte, une pratique très 30-40 ans à monsieur et madame tout le monde, on a même vu des enfants, et sans parents, ce qui est courant dans d'autres capitales européennes mais qui aurait été encore inimaginable à Paris il y a quelques années", analyse Olivier Schneider, Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUB), interrogé par l'AFP.

  • Vélo
Choix de la station

À venir dansDanssecondess