Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Transports DOSSIER : Le projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes

Consultation Notre-Dame des Landes : le Oui l'emporte largement

dimanche 26 juin 2016 à 20:00 - Mis à jour le dimanche 26 juin 2016 à 22:25 Par Mikaël Roparz, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel, France Bleu Loire Océan et France Bleu

Les habitants de Loire-Atlantique étaient appelés aujourd'hui à se prononcer sur le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Le OUI l'emporte largement avec 55,17% des voix.

Consultation pour l'aéroport de Notre-Dame des Landes : le OUI l'emporte
Consultation pour l'aéroport de Notre-Dame des Landes : le OUI l'emporte © Maxppp - MAXPPP

Le "oui" au transfert de l'actuel aéroport de Nantes vers Notre-Dame-des-Landes l'emporte largement dimanche soir.  Les partisans du projet ont recueilli  55,17% des voix avec un participation de 51,08 %.  Sur la commune de Notre-Dame-des-Landes, le NON est arrivé en tête avec 73,57% des 1.150 suffrages exprimés.  Au total, 34 communes sur 212 ont voté NON. Ce sont celles qui sont voisines du futur aéroport qui ont voté majoritairement pour le NON.

A Nantes,  le OUI l'emporte à 50,05 % (il y a 100 voix d'écart), tout comme à Orvault où le OUI l'emporte à près de 58%. Même chose à La Baule (65,85%), Le Croisic (57,70%), Bouguenais (50,65%) et Saint-Nazaire (53 %). C'est à Ruffigné près de Châteaubriant où on a le plus massivement voté pour le OUI avec 85,10% des voix.

"Processus et contenu de la consultation biaisés" (Zadistes)

Les occupants de ZAD réservée à ce projet d'aéroport, qu'ils ont rebaptisée "zone à défendre", avaient pour leur part annoncé qu'ils ne partiraient pas, quel que soit le résultat de la consultation.C'est ce qu'ils ont confirmé dans la soirée, depuis leur QG à la "Vache-rit. Pour eux, "le cadre, le processus, et le contenu de cette consultation étaient fondamentalement biaisés. Celle-ci était basée sur une série de mensonges d'Etat et radicalement inéquitable. Il ne s'agissait pour nous que d'une étape dans la longue lutte pour un avenir sans aéroport à Notre-Dame-des-Landes".  Les opposants à l'aéroport confirment aussi qu'ils ne "vont pas cesser pour autant d'habiter, cultiver et protéger ce bocage".

A deux reprises, à l'Assemblée nationale mardi et au Sénat jeudi, Manuel Valls avait précisé qu"'en cas de victoire du oui", les travaux débuteront "dès l'automne prochain".

Dominique Fresneau : "On résistera jusqu'au bout" (ACIPA)

Alain Mustière est agréablement surpris par les résultats

Pour Bruno Retailleau, Président du Conseil Régional des Pays-de-la-Loire "il faut que le gouvernement tranche, rien ne serait pire si rien ne se passe. C'est la victoire du développement, de l'emploi, la défaite des zadistes". Il doit être reçu lundi par le Premier ministre Manuel Valls.

"Un Oui en clarté" pour Johanna Rolland. La maire de Nantes "salue ce résultat ainsi que la mobilisation des électeurs du département, puisque la participation en Loire-Atlantique est supérieure à 50 % et de plus de 46 % à Nantes". Elle précise que "l’État doit maintenant mener à bien ce projet essentiel pour l’accessibilité de l’Ouest, pour la développement économique et pour l'emploi".

Philippe Grosvalet, président PS du conseil départemental de Loire-Atlantique considère que "c'est un résultat sans aucune ambiguïté (...) qui oblige le gouvernement à engager les travaux" de construction de l'aéroport. Ce résultat doit mettre un terme à l'opposition (à ce projet)".

De son côté Christophe Clergeau estime que " Les citoyens de Loire-Atlantique ont voulu choisir leur avenir". Pour le Président du groupe Socialiste, écologiste, radical et républicain, "il revient au gouvernement de prendre toutes ses responsabilités".

Première du genre en France, cette consultation locale avait été annoncée le 11 février par François Hollande, dans l'optique de trancher ce dossier, qui empoisonne depuis le début de son quinquennat les relations entre socialistes et écologistes.

Consultez dans le détail les résultats de votre commune