Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Contournement de Beynac

Contournement de Beynac : la cour administrative d'appel de Bordeaux rendra sa décision jeudi

-
Par , France Bleu Périgord

La cour administrative d'appel de Bordeaux rendra sa décision ce jeudi 3 octobre sur la destruction, ou non des travaux du contournement de Beynac. Trois options sont envisageables. Explications.

Le département demande à la cour administrative d'appel de Bordeaux de ne pas détruire les travaux déjà réalisés
Le département demande à la cour administrative d'appel de Bordeaux de ne pas détruire les travaux déjà réalisés © Radio France - Valérie Déjean

La cour administrative d'appel de Bordeaux rendra sa décision ce jeudi 3 octobre sur la destruction, ou non des travaux du contournement de Beynac. Trois options sont envisageables : la cour peut accéder à la demande du département de ne pas détruire les travaux déjà réalisés sur le contournement, suivre les opposants qui demandent la démolition ou considérer qu'elle n'est pas apte à statuer puisque le dossier doit bientôt être jugé sur le fond.

Cette dernière hypothèse pourrait être la plus probable puisque le dossier de la déviation de Beynac doit être jugé sur le fond le 26 novembre prochain. 

"Pro" et "anti"-contournement de Beynac faisaient face à la cour administrative d'appel à Bordeaux ce mardi 1er octobre. Une cinquantaine de personnes étaient présentes derrière Germinal Peiro, le président du département de la Dordogne, dont de nombreux élus : Daniel Garrigue, le maire de Bergerac et Frédéric Delmarès, maire de Creysse et Président de la Communauté d’agglomération bergeracoise. Ainsi que plusieurs conseillers départementaux. Moins nombreux, les anti-déviation étaient notamment représentés par l'avocat de la SEPANSO, celui du propriétaire du château de Fayrac et de l'association Sauvons la vallée de la Dordogne. Les deux camps s'opposent également sur le coût de la démolition des travaux déjà réalisés : 20 millions d'euros selon le conseil départemental, 3 millions d'euros selon les calculs réalisés par un architecte à la demande des opposants. 

Retrouvez tout le dossier de France Bleu Périgord consacré à la déviation de Beynac.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu