Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : après le 11 mai, port du masque "probablement" obligatoire dans les transports à Dijon

-
Par , France Bleu Bourgogne

A quoi va ressembler notre offre de transports en commun après le 11 mai ? Faute de consigne claire de l'Etat, les acteurs du secteur réfléchissent beaucoup, et imaginent le déconfinement. Comme en Côte-d'Or, où la société Keolis étudie un plan de reprise du trafic.

Des navettes "spéciales soignants" mises en place par Divia (image d'illustration)
Des navettes "spéciales soignants" mises en place par Divia (image d'illustration) © Radio France - JC Tardivon

Le port du masque obligatoire dans les transports semble se préciser, après les recommandations émises par l’Elysée ce jeudi. Mais en attendant de graver cette consigne dans le marbre, chacun, localement, tente d'établir les modalités d'un retour progressif à la normale dans nos transports en commun et scolaires.

Dijon : pas de masques, pas de sécurité sanitaire

A Dijon, c'est la société Keolis Mobilité qui exploite le réseau de bus et de trams de la métropole. A l'heure qu'il est, le trafic est divisé par quatre, la fréquentation par dix. Après le 11 mai, l'objectif est de revenir à un niveau d'offre de 70-75% . Et le directeur de Keolis Dijon Mobilité Thomas Fontaine le confirme, pas de masques, pas de sécurité sanitaire pour tous : 

"Aujourd'hui, les gestes barrières demeurent fondamentaux. Dans ces gestes barrières il y a la distanciation, et on voit que le port du masque permet de reprendre des distances plus 'conventionnelles' qu'on connaissait avant la crise et avant la pandémie. Donc cette mesure-là nous paraît tout-à-fait nécessaire dans cette période de déconfinement à partir de la mi-mai."

Et si les voyageurs n'ont pas de masques ? "Charge à nous de faire de la prévention en amont", répond Thomas Fontaine, "on est en lien avec d'autres partenaires sur la métropole à ce sujet pour garantir le port d'un masque pour tous à bord des trams et des bus."

Hygiène et propreté, l'autre enjeu majeur

Au-delà des masques, d'autres mesures vont continuer à s'appliquer, de nouvelles apparaître. Mais là aussi, on en est au stade de la réflexion, confie Thomas Fontaine :  "dans le plan de reprise de déconfinement, on reprend toutes les mesures qui sont mises en place depuis un mois et demi. L'arrêt de la montée porte avant, on va y revenir. On va étudier comment on protège tout le monde dans ce cadre-là. On réfléchit à d'autres solutions de protection en plexiglas pour le compartiment du conducteur, à quelles solutions de paiement on pourra remettre en place, et aussi à la disponibilité de gel hydro-alcoolique. Car l'autre enjeu majeur, c'est l'hygiène, et la propreté. On réfléchit en plus de la désinfection à renforcer ces éléments-là."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess