Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : dans le Gard, les réseaux de transports en commun s'organisent en vue du 11 mai

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Le déconfinement partiel prévu le 11 mai approche. En attendant de nouvelles directives plus précises de la part du gouvernement, les réseaux de transports en commun de Nîmes et Alès se préparent pour accueillir au mieux les usagers.

Des pistes de réflexion sont à l'étude pour accueillir les usagers dans les meilleures conditions possibles
Des pistes de réflexion sont à l'étude pour accueillir les usagers dans les meilleures conditions possibles © Radio France - Sylvie Duchesne

Le 11 mai prochain, la France va entamer son processus de déconfinement partiel, comme l'a annoncé le président Emmanuel Macron lors de sa dernière allocution, le 13 avril. Dans le Gard, les réseaux de transports en commun de Nîmes et d'Alès commencent à s'organiser pour accueillir les usagers dans les meilleures conditions possibles. "Nous sommes encore dans l'attente de directives gouvernementales à ce sujet, comme sur la question des masques obligatoires ou non pour les usagers. Mais nous sommes sereins car nous travaillons dessus depuis plusieurs jours maintenant", explique Ludovic Martin, directeur de la compagnie Tango-Transdev Mobilité, à Nîmes. 

Une volonté de rassurer les usagers

Sur la question sanitaire, l'objectif de Ludovic Martin est de rassurer les usagers : "Nous nettoierons les véhicules, vraisemblablement plusieurs fois par jour, tout comme les distributeurs automatiques de titres de transport. Nous étudions également la possibilité de mettre du gel hydroalcoolique à dispositions des usagers dans les bus." Des plaques transparentes vont êtres installées pour protéger le poste de conducteur. Pour maintenir la distanciation sociale à l'intérieur des véhicules, des messages de préventions seront diffusés. Le marquage au sol est également "une possibilité", selon le directeur de Tango-Transdev Mobilité, qui en appelle au civisme des usagers pour prendre le bus seulement pour des trajets importants.

Le réseau NTeecC-Keolis d'Alès se prépare également

Du côté d'Alès aussi, le réseau NTeecC-Keolis s'organise en amont, même si l'accueil des usagers "va dépendre des mesures gouvernementales annoncées" explique le directeur Sylvain Ronchat. "Nous fournissons des lingettes et du gel hydroalcoolique à nos conducteurs. Nous souhaitons les équiper avec des masques le 11 mai". Sylvain Ronchat évoque aussi la piste de tickets dématérialisés, "via une application ou par SMS", pour éviter le plus possible les contacts. 

Des craintes chez le personnel

Pour autant, la date du 11 mai inspire quelques craintes chez les conducteurs et les contrôleurs. André Coll est délégué CGT du personnel Tango, à Nîmes : "On se pose plusieurs questions : est-ce qu'on va être en contact avec les usagers ? Est-ce que l'on va retrouver, dès le 11 mai, une clientèle qui utilise les transports en commun pour des voyages non-nécessaires ? Nous avons déjà eu trois cas avérés chez le personnel conducteur. Heureusement, ils vont bien, mais bien sûr que des craintes persistent."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess