Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : deux navires de croisières autorisés à faire escale à Saint-Malo

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

Deux navires de croisière sont autorisés par la préfecture d'Ille-et-Vilaine à faire escale à Saint-Malo. Il n'y a plus de passagers. Les marins sont soumis à des contrôles sanitaires stricts. Un plan de transport est obligatoire pour les marins étrangers de retour dans leurs pays.

Le Champlain va faire escale à Saint-Malo (ici en mouillage à Dinard en 2018)
Le Champlain va faire escale à Saint-Malo (ici en mouillage à Dinard en 2018) © Maxppp - Joël le Gall

Alors que les activités de croisière sont interrompues dans le monde, deux navires de croisière de la compagnie du Ponant sont autorisés à titre dérogatoire à faire escale ce vendredi à Saint-Malo. Les modalités de débarquement des équipages ont été fixées par la préfète d'Ille-et-Vilaine dans le cadre de l'état d'urgence. "Le Champlain" et "le Dumont d'Urville" vont accoster pour y faire relâche jusqu'à nouvel ordre. Tous les passagers ont été débarqués en Martinique et aucun cas de Covid 19 n'avait été signalé. 

Des conditions strictes pour les marins

A Saint-Malo, chaque marin débarqué aura présenté au préalable une déclaration sanitaire vierge de Covid 19 aux services de l'Etat. 19 marins français sont à bord et une cinquantaine étrangers (6 venant de la communauté européenne et 46 de nationalité philippine ou mauricienne). D'autre part, "l'armateur doit produire un plan de transport précisant les conditions logistiques de retour dans leur pays d'origine des marins étrangers, dans le respect des mesures préventives adaptées à la situation de la crise sanitaire" précise la préfecture dans un communiqué.

Un effectif minimal sera maintenu à bord afin d'assurer la sécurité des navires.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess