Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : l'État apportera 7 milliards d’euros pour sauver Air France

-
Par , France Bleu

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire a annoncé vendredi soir que la compagnie Air France va recevoir des prêts totalisant 7 milliards d'euros pour l'aider à sortir de la crise sanitaire. Le groupe Air France KLM perd 25 millions d’euros par jour.

Air France bénéficie d'une financement de l'état pour sortir de la crise
Air France bénéficie d'une financement de l'état pour sortir de la crise © Radio France - Mikaël Roparz

La compagnie aérienne Air France va recevoir des prêts totalisant 7 milliards d'euros. C'est ce qu'a annoncé sur TF1  Bruno Le Maire.  Ces prêts se décomposeront en 4 milliards de prêts bancaires garantis par l'Etat et 3 milliards de prêt direct de l'Etat. Il s'agit d'un plan "historique". Pour l'instant, selon le ministre de l'Economie, une nationalisation n'est pas à l'ordre du jour.

Devant les sénateurs mercredi soir, Ben Smith, le directeur général d’Air France-KLM avait expliqué qu'il fallait un soutien "indispensable" des Etats français et néerlandais pour permettre au groupe Air France-KLM de se relever de la crise.

Seulement moins de 5 % de l’activité est maintenue depuis le début de la pandémie. Le groupe aérien se concentre principalement sur les opérations d’urgence (notamment l’organisation du pont aérien avec la Chine). 

Le plan de restructuration accéléré

Autre conséquence de la crise sanitaire que nous traversons, le plan de restructuration lancé en juin dernier par Ben Smith le directeur général d’Air France-KLM . Il prévoyait notamment une réduction de 15% de l’offre sur le réseau intérieur d’ici la fin 2021. Sa filiale régionale HOP pourrait en faire les frais, avec une réduction de sa flotte. 

Dans ce climat économique tendu, Air France doit aussi garder ses objectifs de lutte contre le changement climatique.

Hop, la filiale régionale d'Air France pourrait faire les frais de la crise sanitaire
Hop, la filiale régionale d'Air France pourrait faire les frais de la crise sanitaire © Radio France - Mikaël Roparz

Quelles mesures sanitaires à bord des avions ? 

Si les vols ne vont pas reprendre tout de suite après le déconfinement le 11 mai, on parle d'une reprise lente et progressive, d'abord en France puis en Europe, des questions se posent aussi sur mesures qu'il faudra adopter pour renforcer la sécurité sanitaire, des les aéroports et les avions. 

Les sénateurs de la commission de l'aménagement du territoire et du développement durable qui auditionnaient mercredi soir les dirigeants d'Air France-KLM souhaitent que plusieurs mesures soient inscrites dans un volet "Transport aérien" du plan de déconfinement du Gouvernement et pourraient perdurer dans l’attente d’un vaccin. Ils s'agit notamment d'installer des caméras thermiques aux frontières,  de réaliser des tests des personnes suspectes, d'isoler les cas positifs à proximité des aéroports... 

En ce qui concerne des mesures de distanciation "c'est infaisable" selon les dirigeants d’Air France-KLM. C'est impossible pour Air France de continuer à laisser des sièges vacants. "Ca n'est pas faisable et pas rentable" a précisé Anne Rigal, directrice générale d’Air France.  En revanche, "le port du masque pourrait être obligatoire à bord".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu