Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : la RATP anticipe entre 500 millions et un milliard d'euros de trou de trésorerie

-
Par , France Bleu Paris
France

Pour tenter d’éviter une catastrophe, "de nombreux emprunts ont été lancés", déclare la RATP qui négocie en ce moment un prêt de 800 millions d’euros avec plusieurs banques.

.
. © Maxppp - Alexis Sciard

La RATP anticipe entre 500 millions et un milliard d'euros de trou de trésorerie. Des pertes abyssales dues à la crise du Covid-19.
Interrogée, la RATP préfère ne pas commenter ce chiffre, sans toutefois le contester. Elle confirme en revanche que ses pertes de recettes commerciales de mi-mars à fin avril s’élèvent aujourd’hui à 200 millions d’euros.

Une situation critique alors que la société va devoir investir pour protéger la santé des agents et des voyageurs, installer des distributeurs de gel hydroalcoolique, et élargir ses équipes de nettoyage notamment en prévision du déconfinement.

Pour tenter d’éviter une catastrophe, "de nombreux emprunts ont été lancés", déclare la RATP qui négocie en ce moment "800 millions d'euros de lignes de trésorerie avec les banques partenaires". Elle espère aussi obtenir des aides publiques européennes pour renflouer ses caisses en urgence. La RATP accusait déjà 200 millions d'euros de pertes en raison de la perturbation des transports lors des grèves de décembre 2019 contre la réforme des retraites.

Après le vote du plan de déconfinement à l'Assemblée nationale, la RATP avait indiqué qu'elle allait travailler pour réadapter l'offre et limiter les flux afin de rendre possible la distanciation sociale en particulier aux heures de pointe. Dans les transports publics, où les masques seront obligatoires, plusieurs mesures ont été évoquées, entre la condamnation d'un siège sur deux et le marquage au sol sur les quais.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess