Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : le trafic aérien de passagers a chuté de 66% en 2020 selon les compagnies

-
Par , France Bleu, France Bleu Occitanie
France

L'Association internationale du transport aérien a annoncé ce mercredi que le transport de passagers a vu son activité chuter de 66% en 2020 par rapport à 2019, à cause de la pandémie de coronavirus. Les liaisons intérieures ont mieux résisté que le trafic international.

Un panneau de l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, le 8 juin 2018 (illustration).
Un panneau de l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle, le 8 juin 2018 (illustration). © AFP - Stéphane de Sakutin

C’est l’une des très lourdes conséquences de la pandémie de coronavirus. Le trafic aérien de passagers s’est effondré de 66% en 2020 par rapport à 2019, a annoncé mercredi 3 février l’Association internationale du transport aérien (Iata), qui rassemble les 190 plus grandes compagnies aériennes du monde. Il s’agit du "plus gros choc que le secteur ait jamais vécu", a jugé Brian Pearce, économiste en chef de l’organisation. 

Dans le détail, les liaisons intérieures ont mieux résisté, avec une baisse avoisinant les 50%, que le trafic international (-75,6%) selon l’organisation. Avec la pandémie, le trafic aérien était tombé à 5% de son niveau normal au mois d’avril, avant de reprendre cet été. En décembre, il était loin d’être revenu à son niveau initial avec une baisse de 70% du trafic de passagers. 

2021 "assombrie" par les nouveaux variants 

Et 2021 ne va forcément être l’année d’une reprise en fanfare pour les compagnies. En effet, les perspectives de reprise sont "assombries" par l’émergence de nouveaux variants du Covid-19, a également affirmé l’Iata. "Nous démarrons 2021, que nous nous attendons toujours à être une année de reprise, d’un point très bas", a souligné Brian Pearce. Pour l’instant, l’association n’a pas officiellement révisé à la baisse ses prévisions pour cette année. Elle a dit espérer que le déploiement des vaccins permettrait à la situation de s’améliorer. 

Dans l’Hexagone, le principal groupe, Air France, doit supprimer de plus de 7.500 postes (dont une petite partie dans sa filiale low cost Hop !) d’ici 2022 sur la base du volontariat pour faire face à l’impact de la crise liée au coronavirus. Cela représente entre 15 et 20% de ses effectifs et toutes les catégories sont concernées. La compagnie a bénéficié d’un prêt garanti par l’Etat de 7 milliards d’euros pendant la crise sanitaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess