Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : "60% des parcs de véhicules de transports routiers à l'arrêt" en Normandie"

Jean Marc Pelazza est le délégué régional de la FNTR, la Fédération Nationale des Transports Routiers de Normandie. Il a exprimé son inquiétude sur la capacité des petites entreprises du secteur à résister à la crise liée au coronavirus. Il attend plus de soutien de l'Etat.

Poids lourds à l’entrée de la gare maritime de Ouistreham (Calvados) pour embarquer sur le ferry à destination de Portsmouth
Poids lourds à l’entrée de la gare maritime de Ouistreham (Calvados) pour embarquer sur le ferry à destination de Portsmouth © Radio France - Nolwenn Le Jeune

La crise liée à la Pandémie de coronavirus a fait chuter de façon conséquente l'activité du transport routier, un des secteurs clés de la Normandie.

"On a globalement 60% des parcs de véhicules à l’arrêt complet, alerte sur notre antenne Jean Marc Pelazza, délégué régional de la Fédération Nationale des Transports Routiers de Normandie. C'est absolument catastrophique. Le transport routier est un secteur relativement fragile entant normal avec des marges relativement faible. 

On a globalement 60% des parcs de véhicules à l’arrêt complet

On n'a jamais fait face à une telle situation. On gère une situation qui est particulièrement dégradée et qui se dégrade encore. Progressivement, le nombre de véhicules à l'arrêt est en augmentation importante."

Cette arrêt de l'activité concerne aussi bien les grosses que les petites entreprises de transport et de logistique.

"Elles  sont impactées différemment en fonction des activités. Il y a des activités évidemment alimentaires qui continuent de fonctionner et d'autres qui sont à l’arrêt complet".

De nombreuses demandes de chômages partielles ont été effectuées mais le délégué régional de la FNTR se montre particulièrement inquiets sur les conséquences de la Pandémie du Coronavirus sur les entreprises de transport.

Si la crise devait durer au delà de deux ou trois mois, elles n'auraient pas la capacité de faire face.

"C'est un secteur très fragile. Il est constitué d'un tissu d'entreprises de petites tailles de moins de 20 salariés qui disposent de fonds propres peu important ce qui sous-entend que si la crise devait durer au delà de deux ou trois mois, elles n'auraient pas la capacité de faire face.

On est très très inquiets sur éventuellement des dépôts de bilan. Si des chefs d'entreprise du transport nous écoutent, ils doivent y penser jour et nuit en se disant à quel moment je vais être obligé de déclarer une situation de faillite."

Jean Marc Pelazza estime que le chômage partiel et le report des charges ne suffiront pas. Il attend de l'Etat des aides plus importantes pour soutenir un secteur qui en cette période de crise sanitaire montre l'importance de son rôle dans la vie économique et la vie du pays.

"On propose de décaler des charges, c'est bien gentil mais ce n'est pas à la hauteur de la situation. On vit une situation de guerre si je reprends les propos du Président de la République. je pense qu'il va falloir aider de façon plus importantes notamment les petites structures.

Les conducteurs font un travail absolument remarquable dans des conditions très dégradées. Les français ont pris conscience du rôle capitale du transport routier dans une situation telle que celle-là.

Les conducteurs font un travail absolument remarquable dans des conditions très dégradées. Les français ont pris conscience du rôle capitale du transport routier dans une situation telle que celle-là.

Les relais routiers sont arrêtés, les stations services leur étaient fermées. Ils ne pouvaient pas se doucher.

Cela change leur quotidien. Ils se sont bien adaptés. Encore une fois Ils font un boulot remarquable. 

Je crois qu'il faut remercier tous les gens qui mouillent la chemise, que ce soit dans le transport routier et dans tous les secteurs et qui essayent de maintenir un fil de vie dans une situation extrêmement difficile."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu