Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Côte-d'Or : à Saulieu l'aérotrain reste dans les mémoires

mardi 29 décembre 2015 à 17:17 Par Thomas Nougaillon et Philippe Renaud, France Bleu Bourgogne

En mars 1974, bien avant la naissance du TGV, l'aérotrain atteignait, en essai, 430km/h. Cette machine entre le train et l'avion , fût inventée par Jean Bertin, ancien élève du Lycée Pompon de Saulieu dans les années 30. L'aérotrain n'a jamais connu d'exploitation commerciale .

- Les amis de Jean Bertin

Saulieu, France

Il y a quarante ans (le 21 décembre dernier) nous quittait l'ingénieur Jean Bertin. Ancien élève du lycée Pompon de Saulieu de 1928 à 1932, l'homme aux 800 brevets, un génie d'exception est resté célèbre pour son "aérotrain". L'aérotrain, cette machine entre le train et l'avion propulsé par un turboréacteur ; monté sur coussin d'air il se déplaçait sans contacts et donc sans frottements sur un rail en forme de "T" inversé pouvant atteindre des vitesses phénoménales. Une invention française qui n'a jamais connu d'exploitation commerciale même si des essais ont été menés dans la région d'Orléans où subsistent ces fameux rails.

Aucun(e)
- Les amis de Jean Bertin

C’est en 1961 que l'idée de l'aérotrain germe dans l’esprit de Jean Bertin, ancien ingénieur à la SNECMA. En 1962-1963 sont lancés les premiers essais sur une maquette de 1 mètre 20 de long. Devant les résultats encourageants de 1965 à 1969 à Gometz-la-Ville né le prototype "01" de l'aérotrain. Pour le tester Bertin et ses amis construisent une voie d’essai de 6 km 700 en forme de "T" inversé. Dans le même temps on construit la voie de 18 km et la station de Chevilly, au nord d’Orléans. Une piste d'essai qui devait préfigurer la ligne Orléans-Paris où devait se mouvoir une machine d’une capacité de 80 personnes, baptisé Aérotrain I-80 HV. Jusqu'en 1972, l’Aérotrain aura transporté plus de 10.000 passagers en 750 heures d’essais.

Mars 1974, l'aérotrain atteint les 430 km/h, le record du monde de vitesse sur rail.

Sur la voie du succès l'aérotrain est même financé à hauteur de 50% par le gouvernement de l'époque. On évoque la possibilité de relier la Défense à la ville nouvelle de Cergy et de nombreux projets similaires sont à l'étude à travers le monde. Las en juillet 1974 c'est le coup d’arrêt. Valéry Giscard d’Estaing nouvellement élu à la présidence de la République met fin aux crédits que versait le gouvernement préférant soutenir la SNCF et son futur TGV. Jean Bertin meurt un an après. Dix-sept ans plus tard, en 1992, le prototype de l'Aérotrain I-80 HV remisé dans le hangar de la station d'essais de Chevilly part en fumée dans un incendie vraisemblablement criminel. Subsistent les rails et quelques machines et une association, l'association des Amis de Jean Bertin qui perpétue le mythe. Au collège François-Pompon de Saulieu une plaque apposée en 2012 rappelle le passage de Jean Bertin dans le Morvan.