Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Covoiturage libre : le "BlaBlaCar" nordiste revendique le véritable esprit du covoiturage

-
Par , France Bleu Nord

Née en 2011, l'association Covoiturage libre, basée aujourd'hui à Lille, propose un service de covoiturage, via son site internet. Elle ne prend aucune commission, et revendique "l'esprit" du covoiturage, solidaire, et sans aspect commercial. Elle est deuxième du secteur, loin derrière BlaBlaCar.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - David Ademas

Lille, France

Au sein de l'association lilloise Covoiturage libre, tout le monde est bénévole. Sur le site internet, les conducteurs proposent des trajets, annoncent le nombre de places dont ils disposent dans leur véhicule, leur tarif, et laissent leurs coordonnées. Pour cette mise en relation, l'association ne facture aucun frais, contrairement au géant du secteur, BlaBlaCar.

Le président Covoiturage libre, Bastien Sibille, reconnaît d'ailleurs que c'est "cette professionnalisation de BlaBlaCar, et l'apparition d'une commission, qui a amené un certain nombre de covoitureurs à trouver une autre solution".  L'idée, c'est donc de retrouver "l'esprit du covoiturage, quelque chose de solidaire, de l'ordre du don".

Avec 120 000 trajets par an, Covoiturage libre est le deuxième site de covoiturage en France, mais il est encore très loin derrière Blablacar et ses 25 millions d'utilisateurs. En 2018, l'association aimerait changer de statut, et devenir une coopérative, ce qui lui permettrait de passer à la vitesse supérieure, tout en gardant l'esprit originel de solidarité et de communauté. Aujourd'hui, l'association est financée par des dons.

Romain, utilisateur de covoiturage-libre.fr

Certains utilisateurs de BlaBlaCar sont même tentés par l'aventure du covoiturage libre. Romain, un Nordiste installé en région parisienne, fait entre deux et trois allers-retours Paris-Lille par mois. A chaque fois, il embarque avec lui des covoitureurs. Cela fait trois ans qu'il utilise Blablacar. Mais depuis quelques semaines, il teste Covoiturage libre : "j'ai besoin des covoitureurs, car j'ai besoin de partager les frais", explique-t-il, "mais les grands groupes poussent un petit peu trop le côté pécuniaire. Je commence à privilégier d'autres sites, pour retrouver l'essence du covoiturage".

Paris-Lille, un des trajets les plus demandés

Ce qui marche le mieux, ce sont les offres entre Paris et Lille, et en Bretagne. Mais beaucoup de destinations sont encore rares voire inexistantes. Il faudrait au moins 800 000 trajets par an pour que tous les covoitureurs y trouvent leur compte.

Reportage de France Bleu Nord

Choix de la station

France Bleu