Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Crise sanitaire : la SNCF enregistre une lourde perte de 2,4 milliards d'euros au premier semestre

-
Par , France Bleu

La crise sanitaire a pesé lourdement sur les finances de la SNCF. L'entreprise ferroviaire annonce ce jeudi une perte nette de 2,4 milliards d'euros au premier semestre 2020.

La fréquentation des TGV a baissé de plus de 50% au premier semestre 2020
La fréquentation des TGV a baissé de plus de 50% au premier semestre 2020 © Maxppp - Vincent Isore

La crise du coronavirus n'a pas épargné la SNCF. L'entreprise ferroviaire enregistre une lourde perte nette de 2,4 milliards d'euros au premier semestre 2020. 

Crise sanitaire et grève

Le chiffre d'affaires a reculé de 21% à 14,1 milliards d'euros pour ce premier semestre. La SNCF attribue ces pertes aux effets de la crise sanitaire (-3,9 milliards d'euros) et à la grève contre la réforme des retraites en janvier (-275 millions).

Sans surprise c'est la filiale SNCF voyageurs qui a le plus souffert de la crise : - 37% de chiffre d'affaires pour les TGV, TER et trains de banlieue parisienne. Les transports publics (Keolis) accusent, eux, une perte de 12%. Le fret est aussi très touché (-20%), ainsi que SNCF Réseau qui assure notamment l'entretien des lignes ferrées (-20%). Seule la filiale logistique du groupe, Geodis, s'en tire mieux avec une très légère progression de 0,3% au premier semestre.

Au moins 50%  de voyageurs en moins dans les TER et les TGV

La grève, la crise sanitaire et le confinement ont fait chuter la fréquentation des trains. Moitié moins de voyageurs dans les TER par rapport au premier semestre 2019. Les TGV accusent eux une baisse de 55% de la fréquentation. C'est pourtant grâce à ces lignes à grande vitesse que la SNCF tire habituellement ses bénéfices. Seul le mois de février a connu une tendance positive.

Pour limiter les dégâts, la direction a lancé un "plan d'action exceptionnel et volontariste" pour dégager 1,8 milliard d'euros d'économies sur l'année. Ce plan comprend notamment des mesures pour réduire les coûts et le report ou l'abandon de certains projets.

"Gérer l'incertitude"

Et les difficultés ne sont pas terminées pour la SNCF. "Nous ne sommes pas sortis de la crise", rappelle à l'AFP le directeur financier Laurent Trévisani. Il faut toujours "gérer l'incertitude", ce qui rend tout pronostic hasardeux pour les mois qui viennent".

Le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari, a récemment annoncé que la SNCF serait aidée "à hauteur de plusieurs milliards d'euros" par l'Etat. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess