Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

VIDÉO - Trafic SNCF en Occitanie : impossible d'affréter des bus pour tous les voyageurs

Hilaire Hautem, le directeur adjoint SNCF réseau Occitanie, était sur France Bleu ce vendredi matin. Il détaille les dégâts conséquents des intempéries et explique que la SNCF n'est pas en mesure d'affréter des bus pour tous les voyageurs pénalisés.

Les voies de la SNCF endommagées
Les voies de la SNCF endommagées © Maxppp - SYLVIE CAMBON

Occitanie, France

La SNCF répond aux voyageurs ce vendredi matin sur France Bleu. Suite aux intempéries, aucun TGV ne circulera entre Montpellier et Perpignan et Montpellier et Toulouse avant le 4 novembre. La liaison Narbonne-Béziers devrait elle ouvrir prochainement.

Hilaire Hautem, le directeur adjoint SNCF réseau Occitanie, détaille les travaux à réaliser et explique que la SNCF n'est pas en mesure d'affréter des bus pour tous les voyageurs pénalisés.

France Bleu : Les dégâts sont impressionnants ?

Hilaire Hautem : Effectivement les dégâts sont conséquents. Il faut savoir que le 23 octobre nous avons eu 200 kilomètres de voies impactées de Perpignan jusqu'à Nîmes. Nous avons été obligés de fermer la circulation pour assurer la sécurité des voyageurs d'une première partie entre Perpignan et Narbonne et ensuite jusqu'à Nîmes. En fin de matinée nous avons pu rouvrir Perpignan-Narbonne puis vers 16 heures Sète-Nîmes.

À certains endroits, le remblai a été emporté par les pluies... 

Nous avons sur le secteur de Villeneuve-lès-Béziers, le secteur le plus touché, un kilomètre de voie extrêmement endommagé. Une vingtaine de brèches se sont formées c'est à dire que la voie a été emportée mais aussi les poteaux caténaires, tout notre câblage de signalisation est endommagé. Nous avons des travaux très conséquents sur ce secteur. Ce matin nous avons encore des trains d'essai qui sont en train de tester la voie entre Narbonne et Béziers et nous avons de bons espoirs de rouvrir la circulation sur Narbonne-Béziers avant la fin de matinée.

Pourquoi est-ce si long ?

Nous avons donné une estimation de la durée des travaux mais c'est avant les expertises qui sont en train de se dérouler, ils concernent tous les corps de métier de la SNCF. Il faut qu'on regarde aussi tous les ouvrages d'art qui ont subi des pressions importantes de l'eau. Sur les travaux, il faut refaire une voie neuve sur 300 mètres donc démonter la voie existante pour refaire complètement un remblai. Nous sommes en train de définir des plannings et nous serons en mesure dans les jours à venir de préciser les dates de reprise des circulations.

Pourquoi la SNCF ne propose-t-elle pas davantage d'alternatives ?

En fin de matinée on n'aura plus que le tronçon Béziers-Sète qui devrait être fermé, on va rouvrir Béziers-Narbonne. Un TGV c'est environ 1.000 personnes, un Ouigo c'est jusqu'à 1.200 personnes. Donc ça veut dire que pour faire une substitution par bus il faudrait 20 autocars par TGV. Deux difficultés : trouver très vite ce volume d'autocars, les autocaristes n'ont pas ce volume. C'est aussi vrai pour les Intercités et TER. Et comment gérer un volume aussi important de cars dans la gare Saint Roch de Montpellier, c'est impossible !

Les voyageurs seront-ils indemnisés?

En tant que représentant du gestionnaire d'infrastructures, je ne peux pas me prononcer à la place des transporteurs. Chaque transporteur a sa propre politique tarifaire, j'invite les usagers et les clients à se rapprocher de leurs points de vente. 

Cet axe paralysé est majeur. Est-ce que ça pourrait donner un coup d'accélérateur à la LGV entre Montpellier et Perpignan ? Elisabeth Borne, en déplacement dans l'Hérault ce jeudi, a dit "C'est un bon argument pour ceux qui défendent la ligne à grande vitesse", ça devrait vous plaire ?

Il est vrai que nous sommes sur un axe très chargé et stratégique donc c'est vrai que nous avons la contrainte de ne pas avoir d'itinéraire de détournement sur cet axe et dès que nous avons le moindre incident la circulation est forcement perturbée. Je pense que les élus, effectivement, ont sollicité la ministre pour accélérer la mise en service de la ligne nouvelle Montpellier-Perpignan et en tout cas dans sa première phase entre Montpellier et Béziers.

La SNCF recommande fortement aux voyageurs devant emprunter les axes Montpellier – Toulouse et Montpellier- Perpignan de reporter leurs déplacements. En tout état de cause, informez-vous avant de vous déplacer :

Par téléphone : 0800.31.31.31 (TER Occitanie) ou 0805.90.36.35 (Grandes lignes)

Sur internet : TER et TGV-Intercités

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu