Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Dans l'est du Loiret, l’auto-stop pour se déplacer

-
Par , France Bleu Orléans

Lever le pouce, et attendre quelques minutes ! Dans le Montargois et le Gâtinais, il est désormais possible de faire de l'auto-stop pour les petits trajets du quotidien : aller faire les courses, consulter un médecin... Des infrastructures facilitent ce mode de déplacement.

(Image d'illustration) - Dans le Montargois et le le Gâtinais, il est désormais possible de faire du stop pour les petits trajets du quotidien.
(Image d'illustration) - Dans le Montargois et le le Gâtinais, il est désormais possible de faire du stop pour les petits trajets du quotidien. © Maxppp - CLAUDE PRIGENT

Montargis, France

Et si pour vous déplacer, vous vous contentiez de lever le pouce ? Dans le Montargois et le Gâtinais, il est désormais plus facile qu'avant de faire de l'auto-stop pour les petits trajets du quotidien. Aller faire les courses, se rendre à un entrainement sportif, consulter son médecin... vous n'aviez peut-être jamais pensé avant à ce mode de déplacement.

Six minutes d'attente en moyenne

Le Pôle d'Équilibre Territorial et Rural du Montargois-en-Gâtinais vient de lancer Rezo Pouce dans quelques  quarante communes. Mais c'est une version plus encadrée de l'auto-stop : pas question d'attendre n'importe où au bord de la route. Avec ce dispositif, vous êtes invités à vous rendre dans des lieux bien précis, identifiés par des panneaux. Ève Quillévéré est en charge de Rezo Pouce sur le territoire : "Sur un papier on indique sa destination, ça peut-être une commune, un commerce ou n'importe quoi. On lève le pouce et on va attendre qu'un conducteur puisse s'arrêter. On n'attend pas très longtemps. Rezo Pouce est développé dans plus de 2 000 communes françaises et dans neuf trajets sur dix on attend moins de 10 minutes. En moyenne le temps d'attente est de six minutes."

Des lieux sélectionnés avec attention

Cette plateforme a cependant mis du temps à émerger dans le Loiret. Le dispositif est annoncé depuis de nombreux mois, et a été développé il y a plus de quatre ans dans le sud de la France : "C'est un travail qui demande beaucoup de temps. On a rencontré chaque maire pour décider avec eux de l'endroit où implanter les panneaux. On les a positionnés dans des endroits où il y a beaucoup de passage pour limiter le temps d'attente."

Les communes où les panneaux Rezo pouce ont été installées n'ont pas été choisies au hasard : "On a travaillé en priorité avec des communes relais qui disposent de services, de commerces ou de soins ; et avec les communes autour. Dans un second temps on déploiera le dispositif au reste du territoire."

"Ce sont vraiment les trajets du quotidien."

En 2012, le département du Loiret avait lancé un service similaire, une plateforme de covoiturage pour les trajets domicile-travail. Six ans après, à l'automne 2018, elle a finalement fermé, faute de fréquentation. Rezo Pouce risque t-il de connaitre un destin similaire ? Pour Ève Quillévéré les deux services sont vraiment très différents :"Rezo Pouce va correspondre à des trajets différents de ceux que l'on peut prévoir en covoiturage. Ce sont vraiment les trajets du quotidien."

Ce déploiement a coûté 20 000€, financés par la région Centre Val de Loire et l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe). Pour l'utilisateur, l'inscription sur le site internet qui recense les points de rendez-vous est gratuite. Les utilisateurs reçoivent une carte de membre pour prouver leur identité lors de leurs déplacement en auto-stop.

Réécoutez le reportage de France Bleu Orléans