Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

Dans l'usine British Steel d'Hayange, une journée pour comprendre les risques routiers au travail

mercredi 11 juillet 2018 à 17:28 Par Magali Fichter, France Bleu Lorraine Nord

La première cause de mortalité en entreprise, c'est l'accident de la route. Pour diminuer les risques, le site de British Steel, à Hayange fait partie de la quinzaine d'entreprises mosellanes qui organisent des actions avec les associations de prévention routière et la préfecture.

Un salarié teste un simulateur de conduite
Un salarié teste un simulateur de conduite © Radio France - Magali Fichter

Le trajet que vous faites le plus souvent en voiture ? Celui entre votre domicile et votre boulot. Et entre la fatigue et le stress, la routine quotidienne peut devenir très dangereuse : les accidents de la route représentent 20% de l'ensemble des accidents mortels de travail. Pour faire bouger les choses, 861 entreprises françaises, dont une quinzaine en Moselle, s'associent avec les préfectures et les associations de prévention routière pour organiser des actions en direction de leurs salariés. Ce mercredi, sur le site de British Steel à Hayange, une journée d'ateliers a été organisée.

Les salariés ont pu faire vérifier gratuitement leurs propres voitures - Radio France
Les salariés ont pu faire vérifier gratuitement leurs propres voitures © Radio France - Magali Fichter

Au volant, j'avais tendance à jeter un petit coup d’œil à mon téléphone. Maintenant, je ne le toucherai plus !" Shikha Boodhun, salariée de British Steel

Des ateliers ludiques, mais utiles, installés juste à côté du laminoir qui façonne les futurs rails de TGV : il faut, par exemple, retrouver dix erreurs sur une voiture témoin, ou encore tenter de marcher avec des lunettes qui modifient votre vision. Les employés peuvent même faire vérifier leur propre véhicule ou encore tester le simulateur de conduite. C'est ce qu'a fait Shikha Boodhun, salariée de 22 ans et jeune conductrice, et elle en est toute chamboulée : "Cela fait très peur ! On réalise beaucoup de choses. Par exemple, j'ai tendance à jeter un petit coup d’œil sur mon téléphone. Mais maintenant, je ne le toucherai plus !" Tant mieux, surtout quand on sait que près d'un tiers des accidents mortels sont liés au portable.

Shikha teste le simulateur de conduite - Radio France
Shikha teste le simulateur de conduite © Radio France - Magali Fichter

Une manière de cibler une population très touchée par les accidents de la route

Shikha vient tous les matins de Nancy : elle passe au moins deux heures par jour en voiture. "Tous les salariés font le trajet domicile-travail, donc tout le monde est concerné par le risque routier, explique Séverine Malric, directrice régionale Grand Est de la prévention routière. La difficulté, c'est de mobiliser un public salarié qui ne va peut-être pas venir de lui-même sur une action de prévention routière sur la place publique, par exemple le week-end. Quel est le meilleur moyen pour aller toucher ce public-là, si ce n'est le lieu de travail ?"