Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports DOSSIER : Le pourquoi du comment

Tout savoir sur les travaux d’élargissement de l’A6 au niveau d’Auxerre

lundi 12 mars 2018 à 4:49 Par Isabelle Rose, France Bleu Auxerre

Dans le "pourquoi du comment", France Bleu s’intéresse aux travaux d’élargissement de l’autoroute A6 au niveau d’Auxerre.

Les travaux d'élargissement de l'A6 au niveau d'Auxerre
Les travaux d'élargissement de l'A6 au niveau d'Auxerre © Radio France - Isabelle Rose

Yonne, France

Pourquoi ces travaux ?

Les travaux d'élargissement de l'autoroute A6 au niveau d'Auxerre vont servir à fluidifier le trafic des véhicules en créant une troisième voie de circulation, dans le sens Paris-Province, entre les péages d’Auxerre nord et Auxerre sud, jusqu'au sud de l'aire de repos de Venoy-Grosse-Pierre. 

Une portion d’une quinzaine de kilomètres où souvent, lors des grands départs et retours de vacances, se produisent des ralentissement et bouchons. Des travaux de terrassement ont commencé il y a plus d'un an. Une centaine de personnes travaillent sur le chantier. Un chantier dont le coût est estimé à 56 millions euros, entièrement à la charge de l’APRR. 

Quand ces travaux seront-ils terminés ?

Si tout va bien en 2020, puisqu'il faut encore aménager l’élargissement de cette troisième voie, le stabiliser avant de procéder à l'enrobage de la chaussée. Un autre gros chantier puisque 100 000 tonnes d'enrobé sont nécessaires. Une pose de revêtement qui devrait commencer au printemps et se poursuivre jusqu'en 2019.

Cet enrobé sera-t-il fabriqué dans l'Yonne ?

C’est en tout cas ce que souhaite la société APRR mais elle a bien du mal a trouvé un lieu d'implantation pour sa centrale. Rappelez-vous, le site de Saint-Cyr-les-Colons avait été choisi dans un premier temps mais il a du être abandonné, fin 2016, suite à la mobilisation des viticulteurs du Chablisien. 

Aujourd'hui, APRR renonce à construire sa propre centrale d'enrobage, elle laisse la responsabilité à l’entreprise Colas qui a remporté l’appel d’offres. Cette dernière exploite déjà depuis 40 ans la carrière de Sainte-Magnance au sud de l'avallonnais. C’est donc logiquement qu'elle souhaite y installer cette nouvelle activité.

Le projet suscite des appréhensions

Malgré un avis favorable du commissaire enquêteur après l’enquête publique, les communes de Sainte-Magnance, Bussières, Cussy-les- forges et Saint-André-en-terre-plaine se sont prononcées contre cette implantation. 

Angelo Arena,  le maire de Cussy-les-forges explique "qu’il y a déjà pas mal de trafic de poids-lourds, mais que le plus inquiétant concerne la pollution, les odeurs. Il y a beaucoup d’agriculteurs, de bêtes aux alentours. Il y a aussi le fait que l’école de Sainte-Magnance est proche de la centrale et comme nous sommes en RPI, Regroupement Pédagogique Intercommunale cela provoque des inquiétudes". Une association, "Non au béton dans le Morvan", a même lancée une pétition en ligne et a déjà recueilli un peu plus de 800 signatures. 

De son côté, l’entreprise Colas, qui souhaite exploiter cette centrale d'enrobage assure que "toutes les normes environnementales en vigueur sont respectées et qu'elle a pris en compte les craintes des riverains".

C’est désormais au préfet de l'Yonne de donner ou non son feu vert.