Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

De nouvelles lignes de bus vers la France et l’Europe au départ de Metz

vendredi 7 août 2015 à 18:03 Par Armêl Balogog, France Bleu Lorraine Nord

Le projet de loi Macron proposait l’ouverture des longs trajets en autocar à la concurrence. Et suite à sa validation par le Conseil constitutionnel mercredi 5 août, les opportunités de voyage en bus se multiplient au départ de Metz.

Flixbus
Flixbus © Radio France - Armêl Balogog

Un petit tour à Paris ou un grand week-end à Lille pour une poignée d’euros, c’est possible… à condition de bien vouloir passer quelques heures dans un autocar. La compagnie allemande Flixbus demandera 15 euros pour aller à Paris depuis Metz ; 19 euros pour la compagnie belge Isilines (Transdev). Et pour les deux, cinq heures de route vous attendent.

Ce qui change avec la loi Macron

Dans ses articles sur la mobilité, le projet de loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques, dite « loi Macron », propose d’ouvrir le service de transport long en autocar à la concurrence. Et la validation de cette loi, mercredi 5 août, par le Conseil constitutionnel a acté la libéralisation de ce service routier.

Bus Metz ENRO

A partir de maintenant, les sociétés de transports privées peuvent proposer des trajets longs de ville en ville en France . Auparavant, des trajets en bus de ville en ville existaient déjà. Certains, mis en place par les régions ou les départements (comme le réseau Tim en Moselle) : ce sont des trajets courts entre des villes et des communes.

D’autres,  proposés par des sociétés privées, mais à condition d’avoir passé un accord avec les collectivités locales concernées, ou bien de se situer sur la route d’un trajet international. Par exemple, avant la loi Macron, on ne pouvait aller en bus de Metz à Paris seulement parce que la ligne allait en fait de Francfort en Allemagne à Paris. C’était donc une ligne internationale. Aujourd’hui, il est possible d’aller de Metz à Lille, sur un trajet uniquement national.

Conséquences : de plus en plus de destinations proposées en France…

Dès vendredi 7 août, les compagnies Flixbus et Isilines (Transdev) ont annoncé la création prochaine de nouvelles lignes de bus . « On est ravi que le décret d’application de cette loi soit enfin passé. Le gouvernement a respecté ses engagements. Toute l’équipe attendait depuis des mois. On était tous sur les starting blocks, » confie Pierre Gourdain, le directeur général de Flixbus France. Le même jour, des bus en direction de Paris et de Reims sont partis depuis la gare routière de Metz.

Bus Metz SON

De son côté, la société belge Transdev a annoncé la création d’Isilines, une compagnie entièrement destinée aux trajets longs entre les villes françaises . Un service qui vient compléter l’offre d’Eurolines, consacrée aux voyages en Europe. Pour l’instant, Isilines proposent des trajets vers Paris, Lille, Reims, Saint-Quentin et Strasbourg , mais, selon Sonia Arhainx, la directrice du projet, l’offre devrait bientôt être complétée par la ville de Lyon.

…et en Europe

Avec ces nouveaux voyages, la ville de Metz est de plus en plus interconnectée avec les autres villes françaises . Et c’est compter sans les interconnexions indirectes. En passant par Paris, par Strasbourg ou par Francfort, on peut se rendre à Amsterdam, Bruxelles, Berlin, Londres (bientôt) et dans toute l’Europe . Selon le Républicain Lorrain , plus de 360 destinations sont accessibles en bus au départ de Metz.

Metz-Paris à 15 euros

Les trajets proposés par les compagnies d’autocar sont à des prix cassés : 15 euros pour faire Metz-Paris au lieu de 20 euros en covoiturage ou de 60 euros en train.

La SNCF de son côté a révélé en mars que son chiffre d’affaires pourrait s’en ressentir. Elle craint une perte de 200 millions d’euros (dont 150 sur le TGV) à cause de la concurrence de l’autocar.