Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Transports

VIDÉO : opération de maintenance sur les "cross-over" du tunnel sous la Manche

-
Par , France Bleu Nord

Toute la semaine, France Bleu Nord vous propose "Into the tunnel", une série de reportages, dans les entrailles du tunnel sous la Manche. Nous avons passé une nuit entière, sous terre, avec les ouvriers, lors d’une importante opération de maintenance du lien fixe. Découverte des "Cross-over".

Sous la Manche, les "cross-over" permettent aux trains de passer d'un tunnel à l'autre, en fonction des travaux ou des incidents.
Sous la Manche, les "cross-over" permettent aux trains de passer d'un tunnel à l'autre, en fonction des travaux ou des incidents. © Radio France - Matthieu Darriet

Coquelles, France

Sous la Manche, dans le tunnel de service, il faut être attentif pour se rendre compte que le tube plonge, parfois, plus profond que d’habitude. Si bien que pour retrouver les tunnels ferroviaires, il faut gravir de longs escaliers. 

Des escaliers permettent de rejoindre les tunnels ferroviaires, depuis le tunnel de service, au niveau des cross-over. - Radio France
Des escaliers permettent de rejoindre les tunnels ferroviaires, depuis le tunnel de service, au niveau des cross-over. © Radio France - Matthieu Darriet

Répété plusieurs fois par nuit, avec du matériel sur les épaules, ça devient vite une épreuve, de rejoindre… un "cross-over". Ces aiguillages géants permettent de découper chaque tunnel en trois intervalles réguliers et indépendants. Explications avec Rémi Dezoomer, superviseur travaux : "Le cross-over, c'est ce qui permet le passage d'un tunnel à l'autre. Ainsi dans les nuits comme le dimanche, alors que les trains sont déviés d'un intervalle, on peut travailler en maintenance. C'est pareil en journée, si on a un souci, on ouvre la porte du cross-over."

Pour faciliter la circulation des convois, durant les nuits de chantier, les trains d'Eurotunnel passent, en batterie, trois par trois, dans chaque sens et à vitesse limitée à 70 km/h.

Pendant que les ouvriers travaillent de l'autre côté de la porte du "Cross-over", des trains circulent en convoi. - Radio France
Pendant que les ouvriers travaillent de l'autre côté de la porte du "Cross-over", des trains circulent en convoi. © Radio France - Matthieu Darriet

Sous la Manche, le "cross-over", c’est l’installation la plus impressionnante, comme les plus gros bunkers allemands de la seconde guerre mondiale. Il y en a deux, dans chaque tunnel : un côté français, un côté anglais. Ils se cachent derrière des portes immenses de 90 tonnes, qu’il faut bichonner. 

C'est la mission ce soir-là de Goeffrey Dom et son équipe : "On vérifie le fonctionnement des portes et notamment le chemin de roulement. Il doit rester propre pour permettre de manœuvrer le portail. On vérifier aussi la centrale hydraulique." 

Un tout petit caillou peut bloquer cette énorme porte.

Surtout des hommes

L’écrasante majorité des techniciens de maintenance du tunnel sont des hommes, plutôt jeunes. Il faut supporter le travail de nuit et sous terre. Lors des grosses opérations de travaux, comme ce samedi soir, il y a quand même quelques femmes, souvent appelées en renfort pour gérer les aspects de sécurité et de contrôles.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu