Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : comment le réseau Stan du Grand Nancy prépare sa relance le 11 mai

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Alors que de nombreux établissements doivent reprendre leur activité le 11 mai, le réseau de transports en commun du Grand Nancy, Stan, prépare sa montée en charge. Objectif : transporter tout en faisant respecter la distanciation sociale nécessaire pour ne pas subir de 2e vague de Covid-19.

Bus urbains du réseau Stan à Nancy géré par Keolis, filiale de la Sncf.
Bus urbains du réseau Stan à Nancy géré par Keolis, filiale de la Sncf. © Radio France - Thierry Colin

A quoi ressemblera le réseau Stan dans le Grand Nancy le 11 mai prochain lors de la levée du confinement ? Si le plan de transport précis n'est attendu que dans le courant de la semaine prochaine, Xavier Lemarié, le directeur de Kéolis Grand Nancy dresse les grandes lignes de la remise en route du réseau, même si celui-ci ne s'est jamais arrêté.

Objectif : 60% de l'offre le 11 mai

Concrètement, si l'offre actuelle correspond à environ 30% de la normale, elle devrait atteindre environ 60% le 11 mai prochain. Suffisant selon Xavier Lemarié pour absorber la levée du confinement : 

"Augmenter la capacité pour accueillir plus de monde, tout en ayant plus de capacité que réellement nécessaire. Il n'y aura pas de scolaires le 11, pas de collégiens non plus donc il y a une partie de notre clientèle qui ne sera pas là. Mais le fait d'avoir plus d'offres permettra d'être plus à l'aise et d'être moins près des autres dans les véhicules."

L'un des défis, ce sera justement de faire respecter la distanciation sociale à bord. Il était impossible de retirer certains sièges car les véhicules sont homologués avec les sièges, explique Xavier Lemarié. Les voyageurs seront sensibilisés : 

"On va inciter les gens à laisser les autres descendre, pour ne pas avoir de bousculades. On va mettre des informations sur les sièges en demandant aux gens de laisser un siège sur deux, et on va beaucoup insister sur le port du masque."

Des produits virucides projetés de nuit

Le défi pour Kéolis, c'est de rassurer les usagers qui pourraient bouder les transports en commun, par crainte d'être contaminé par le Covid-19. Des mesures strictes seront prises, explique Xavier Lemarié : 

"On a déjà des périodes de nettoyage renforcées, avec du virusside. Mais comme on aura plus de monde, on a mis en place une technique avec la société de nettoyage qui travaille avec nous, qui consiste à projeter un produit virucide par nébulisation, qui reste plusieurs jours. Ça permet d'avoir une meilleure protection, ce qui n'empêchera pas de nettoyer tous les jours."

Ces opérations de nettoyage auront lieu de nuit au dépôt et nécessite de ne pas bouger le véhicule pendant plusieurs heures. Côté personnel, ce sera un conducteur pour un véhicule. Plus question de récupérer un bus en cours de tournée, chaque conducteur prendra son véhicule au dépôt et le ramènera en fin de tournée, explique Xavier Lemarié.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess