Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : environ un TER sur deux circulera en Bourgogne-Franche-Comté le 11 mai

La direction régionale de la SNCF détaille à France Bleu le contenu de son plan de reprise à compter du lundi 11 mai. Il prévoit un triplement du nombre de trains, et des règles strictes à respecter à bord des rames.

230 TER circuleront en Bourgogne-Franche-Comté ce lundi 11 mai
230 TER circuleront en Bourgogne-Franche-Comté ce lundi 11 mai © Maxppp - JC Tardivon

Pas de déconfinement sans mobilité, disait le gouvernement. Eh bien ça y est, on sait à quoi va ressembler le trafic SNCF dans les gares bourguignonnes et francs-comtoises ce lundi 11 mai. 

Un triplement de l'offre

De 80 TER en circulation depuis le début du confinement, la SNCF annonce un passage à 230 trains, auxquels il faut ajouter 50 bus de substitution. De sorte que "l'ensemble des gares de la région, seront desservies", promet Eric Cinotti, le directeur de la SNCF en Bourgogne-Franche-Comté. Avec ce plan, on passe à environ 45% du trafic normal des TER. Chiffre conforme aux annonces nationales de la SNCF. On pourrait même très vite passer à 300 trains, dès le lundi 18 mai. Des discussions sont en cours avec le conseil régional, qui a l'autorité et la compétence en matière de transports.

Concernant les TGV, le retour aux affaires se fait plus prudent. D'un seul aller-retour aujourd'hui entre Mullhouse, Dijon et Paris, on passe à quatre aller-retour. Quelques TGV sont également à prévoir sur l'axe Paris-Lyon, qui feront halte en gares de Mâcon et du Creusot. Quoi qu'il en soit, le retour à la normale à 100%, ce n'est pas pour tout de suite, il n'y a aucun calendrier précis à ce stade, confie Eric Cinotti.

22 trains à risques

D'autant que les choses ne seront pas si simples. Car les voyageurs vont devoir respecter un certain nombre de règles : en gare comme dans les rames, le port du masque sera obligatoire. Des équipes de la SNCF seront présentes dans les gares les plus importantes pour filtrer ceux qui n'en porteraient pas.

Par ailleurs, un siège sur deux sera condamné à bord des trains, des autocollants installés pour dissuader les usagers de s'asseoir. A elles seules, ces deux règles devraient permettre de limiter le nombre de voyageurs, et de faire respecter les distanciations physiques. Sauf dans quelques cas : "Nous avons identifié 22 trains qui _pourraient être très fréquentés_", poursuit Eric Cinotti. Il s'agit de trains aux heures de pointe, sur les principaux axes de la région : Sens-Paris, Dijon-Mâcon, Dijon-Besançon, et Besançon-Belfort. 

"Ces 22 trains sont identifiés, et son affichés sur le site internet de la SNCF. De sorte que les voyageurs qui le pourront décaleront leur déplacement" en dehors des heures difficiles. Et s'ils ne peuvent pas décaler ? Réponse d'Eric Cinotti : "nos équipes sur le terrain pourront également s'assurer qu'il n'y a pas trop de monde dans les trains, et puis je pense qu'il y aura une auto-régulation _de la part des voyageurs. Il faut savoir faire appel aubon sens des usagers._"

Contrôles policiers ?

A ce stade, la direction régionale de la SNCF ne parle par de verbalisations par des agents assermentés, ou bien de contrôles policiers. C'est le ministre de l'intérieur Christophe Castaner qui avance cette possibilité ce jeudi. Il annonce que 20.000 policiers et gendarmes seront mobilisés dès lundi partout en France pour aider la SNCF à faire respecter ces règles de distanciation et les gestes barrières, et "éviter que les transports ne se transforment en vecteur de l'épidémie".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu