Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : la fréquentation des bus toujours à la peine en nord Franche Comté

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Les réseaux de bus Evolity et Optymo disent avoir récupéré entre 15% et 25% de leur clientèle depuis le 11 mai, début du déconfinement. La peur du virus est encore bien réelle et le niveau d’offre à l’avenir interroge.

Dans le pays de Montbéliard, le réseau Evolity a récupéré seulement 15% de ses usagers depuis le début de la période de déconfinement
Dans le pays de Montbéliard, le réseau Evolity a récupéré seulement 15% de ses usagers depuis le début de la période de déconfinement © Maxppp - Lionel Vadam

C’est l’heure d’un premier bilan après quinze jours de déconfinement dans les transports en commun. Et ce n’est toujours pas la grande foule dans les bus du nord Franche-Comté. Il y a encore très peu de monde. Les usagers sont encore peu nombreux à réemprunter les bus Optymo et Evolity en nord Franche-Comté comme avant la crise. 

Malgré le port du masque 

La peur du virus est encore là malgré l’application de nouvelles règles sanitaire : le port du masque est désormais obligatoire (sous peine d’amende de 135 euros), un siège sur deux a été condamné et les entrées et sorties sont dissociées. Pendant le confinement, le service a continué à être assuré mais les bus circulaient quasiment à vide.  Les deux réseaux de bus du nord Franche-Comté s'étaient préparés au déconfinement et avaient mis tout en oeuvre pour rassurer les voyageurs. "99% des usagers avaient disparu de nos bus", explique-t-on du côté du réseau du pays de Montbéliard. Depuis le 11 mai, phase 1 du déconfinement dans le pays, la situation s’est légèrement détendue. 

Entre 20 et 25% des usagers de retour dans les bus Optymo

Dans le Territoire de Belfort, le réseau Optymo a retrouvé seulement un quart de ses voyageurs par rapport à une période habituelle. "La difficulté pour nous, c’est de jongler entre nos impératifs de respect des distanciations sociales dans les bus et nos impératifs financiers", explique Yannick Monnier, l’un des responsables du réseau, directeur général de la Régie des Transports du Territoire de Belfort. 

Un tiers des recettes de l’année perdu chez Evolity

Chez Evolity dans le pays de Montbéliard, les bus n’ont retrouvé que 15% de leur fréquentation habituelle et les recettes ont lourdement chuté. "Aujourd’hui, on peut dire qu’un tiers de nos recettes sur cette année va être perdu. C’est une première évaluation car l’effet Covid ne se mesure pas sur un confinement d’un mois. Ce sont des effets sur plusieurs mois. La perte mettra un temps à se récupérer", indique Grégory Carmona, le directeur de Moventis, gestionnaire du réseau. 

Les collégiens et les lycéens ont disparu des bus

Les habitudes ont changé. Désormais, les usagers des bus ne se déplacent que pour des achats nécessaires, le télé-travail s’est répandue et les scolaires ne sont quasiment plus là. La situation ne va pas beaucoup s’améliorer. Selon les estimations, à peine un tiers des collégiens et lycéens retourneront dans leurs établissements dans les prochains jours et tous ne reprendront pas les bus. "Le but aujourd’hui, ce n’est pas de remplir les bus complètement car si on veut respecter correctement l’hygiène, il faut un certain espace. Dans ces conditions, on sait que la capacité de nos bus est divisée par trois si on veut être dans les capacités d’hygiène optimales. Un bus ou vous avez 100 personnes, aujourd’hui c’est plutôt 35 personnes qui peuvent y rentrer dans des bonnes conditions d’hygiène", indique Grégory Carmona directeur de Moventis.

Des emplois à préserver

Il faudra du temps pour que la situation se stabilise. Aujourd’hui, les réseaux de transport perdent de l’argent et l’avenir est incertain. « Si les fréquentations ne remontent pas dans les années à venir, il y a des questions qui se poseront sur le niveau d’offre des réseaux. Cela inquiète toute le monde et notamment les salariés puisque c’est de l’emploi local », poursuit le directeur de Moventis. La direction travaille à préserver les emplois et précise qu’il n’y a pas d’inquiétude à ce sujet pour les quelques 300 salariés. Même écho chez Optymo. « Il n’y a actuellement pas de menace sur les emplois mais tout dépendra ensuite de la durée de la crise », indique la direction du réseau terrifortain.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess