Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Déconfinement : la Métropole grenobloise dénonce le peu de moyens accordés par l'Etat au "plan vélo"

-
Par , France Bleu Isère

Christophe Ferrari, le président de la Métropole de Grenoble a dénoncé ce samedi matin le manque de moyens accordés aux collectivités par l'Etat pour favoriser la politique cyclable pendant la période de déconfinement.

Christophe Ferrari, président de la Métropole grenobloise
Christophe Ferrari, président de la Métropole grenobloise © Radio France - Louise Kléthi

Le SMMAG (Syndicat Mixte des Mobilités de l'Aire Grenobloise) précisait ce samedi matin son plan de reprise du trafic des transports en commun applicable à partir de lundi 11 mai. L'occasion également de présenter les aménagements pour favoriser la place du vélo en cette période de déconfinement. Christophe Ferrari, le président de la Métropole grenobloise en a profité pour dire son mécontentement face au faible soutien financier de l'Etat pour mettre en place une politique cyclable

Christophe Ferrari, président de la Métropole grenobloise, dénonce la "fumisterie de l'Etat".

"La Métropole prévoit un budget d'un million d'euros pour développer de nouvelles pistes cyclables et l'Etat se gargarise presque d'avoir débloqué 20 millions d'euros pour encourager la pratique cyclable, bravo ! Quel effort surhumain !", ironise Christophe Ferrari avant d'ajouter que "plusieurs associations environnementales plaident aujourd’hui pour un fond d'urgence de 500 millions d'euros en la matière, vous voyez la différence". 

Une "fumisterie" de l'Etat

L'enveloppe de 20 millions d'euros accordée par le gouvernement aux collectivités afin de favoriser la pratique du vélo est "une véritable fumisterie", dénonce le président de la Métropole grenobloise, "alors qu'un soutien de 700 millions d'euros a été annoncé pour les compagnies aériennes et qu'il est envisagé de supprimer certaines taxes pour soutenir ce secteur". 

La situation est "très loin d'être à la hauteur des enjeux sanitaires et environnementaux et je m'interroge réellement sur la volonté du gouvernement à préparer le monde d'après. J'ai plutôt l'impression qu'il est toujours dans le monde d'hier. Pourtant, la crise actuelle doit être un déclencheur vers un monde beaucoup plus respectueux de l'environnement et de tous les vivants", assure Christophe Ferrari. 

La pratique du vélo en hausse dans la métropole grenobloise

Le président de la Métropole grenobloise a rappelé les derniers chiffres de l'Ademe sur la pratique du vélo. "On compte + 30% de pratique cyclable à Paris depuis 2010, + 10 % en moyenne par an à Lyon et + 50% en dix ans sur l'agglomération grenobloise", rapporte l'élu. 

"Cela montre que c'est là qu'il y a une nécessité d'agir et nous avons besoin d'être aidés plus fortement avec un Etat qui s'engage beaucoup plus", conclut Christophe Ferrari. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess