Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats

Déconfinement : les pistes cyclables temporaires divisent à Montpellier

-
Par , France Bleu Hérault

Installées sur des grands axes de Montpellier depuis le déconfienement, les pistes cyclables temporaires suscitent le débat. Les bouchons augmentent de jour en jour aux heures de pointe.

Un des pistes cyclables temporaires dans le quartier Antigone de Montpellier (Hérault)
Un des pistes cyclables temporaires dans le quartier Antigone de Montpellier (Hérault) © Radio France - Romain Berchet

Elles font le bonheur des cyclistes mais provoquent la colère de certains automobilistes. Les pistes cyclables temporaires à Montpellier sont loin de faire l'unanimité. Plus d'une dizaine de kilomètres ont été aménagés sur des grands axes de la ville au début du déconfinement mi-mai : l'avenue Charles Flahault, sur la Voie Domitienne, l'avenue François Delmas ou encore dans le quartier Antigone devant l’hôtel de la Métropole. L'une des conséquences, c'est la multiplication des bouchons aux heures de pointe mais aussi en plein cœur de la journée. 

Les "coronapistes" ont déjà leurs adeptes plus d'un mois après l'installation grâce à des signalisations rouges au bord des routes. Bien souvent, les pistes temporaires ont réduit les voies de circulation. "C'est beaucoup plus sécurisant pour aller au travail" se félicite Marc. Il prend son vélo tous les matin pour rejoindre Saint-Jean-de-Védas : "je préfère que mon trajet soit de plus en plus cyclable parce que mon pare-choc, c'est mon corps."

La cohabitation entre les voitures et les pistes cyclables temporaires n'est pas toujours simple à Montpellier
La cohabitation entre les voitures et les pistes cyclables temporaires n'est pas toujours simple à Montpellier © Radio France - Romain Berchet

Des heures de pointes élargies

Les files de voitures sont longues sur l'avenue de la Justice de Castelnau. "Trop c'est trop" s’agace Saïd au volant de sa voiture. Un sentiment partagé par bon nombre de conducteur. "Pourquoi réduire une voie de circulation alors que le trafic est déjà chargé dans Montpellier ?" s'interroge Marc.

Ces aménagements temporaires ont considérablement perturbé le quotidien de Didier, chauffeur taxi sur la métropole depuis vingt ans. "Il n'y a presque plus d'heures de pointe désormais. On évite certains secteur, on passe par les petites routes. Du coup, le temps du trajet est multiplié par trois par rapport à avant" ajoute-t-il. 

Une piste cyclable temporaire installée après le déconfinement dans le quartier Antigone de Montpellier
Une piste cyclable temporaire installée après le déconfinement dans le quartier Antigone de Montpellier © Radio France - Romain Berchet

"Le temps du trajet est multiplié par trois." - Didier, taxi

Cyclistes comme de nombreux automobilistes, tout le monde s'accordent sur un point. Il faut maintenir ces pistes temporaires quitte à les réduire pour fluidifier un peu le trafic.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu